Revue critique des livres nouveaux (Livre numérique Google)

Couverture
Joel Cherbuliez, 1833
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Livres sur des sujets connexes

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 133 - Vous ne savez guère ce que vous dédaignez ; j'ai vu les plus honnêtes gens près d'en être accablés. Croyez qu'il n'ya pas de plate méchanceté, pas d'horreurs, pas de conte absurde, qu'on ne fasse adopter aux oisifs d'une grande ville en s'y prenant bien ; et nous avons ici des gens d'une adresse!...
Page 171 - Les ombres par trois fois ont obscurci les cieux, Depuis que le sommeil n'est entré dans vos yeux ; Et le jour a trois fois chassé la nuit obscure, Depuis que votre corps languit sans nourriture.
Page 90 - Je te prie d'écrire de ma part à ces aimables enfants et de leur envoyer quelques bijoux. Assure-les bien que je les aime comme mes enfants. Ce qui est à toi ou à moi se confond tellement dans mon cœur qu'il n'ya aucune différence. Je suis fort inquiet de savoir comment tu te portes, ce que tu fais. J'ai été dans le village de Virgile, sur les bords du lac, au clair argentin de la lune et pas un instant sans songer à Joséphine ! L'ennemi a fait, le 28, une sortie générale; il nous a tué...
Page 62 - La blanche écume de son mors. « Longue course à l'heureux navire ! » Disais-je. En trois bonds il a fui ; La vaste mer est son empire Son horizon n'a que sourire , Et l'univers est devant lui. Mais d'une humble voile sur l'onde Si je distinguais la blancheur, Esquif que chaque lame inonde , Seule demeure qu'ait au monde Le foyer flottant du...
Page 345 - N'ait rien de morose , Si toujours ce noble sein Bat pour un digne dessein, J'en veux faire le coussin Où ton front se pose ! S'il est un rêve d'amour Parfumé de...
Page 182 - Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C'est là le premier et le plus grand commandement. Et voici le second qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Page 136 - Faites attention lorsque vous passerez devant l'une d'elles, et vous verrez une petite lucarne s'ouvrir, une tête d'homme s'y glisser, y demeurer un instant immobile comme si elle était de pierre , et ne disparaître que lorsque nous serons hors de vue. Si nous étions des soldats de quelque cantonnement environnant , l'homme qui nous aurait regardés passer, sortirait aussitôt par une porte de derrière ; puis , s'il y avait aux environs quelque rassemblement, il serait prévenu, un quart d'heure...
Page 106 - Kant), spectateur affligé de cette catastrophe, laisse tomber son parapluie; une sueur d'angoisse et de grosses larmes coulent de son visage. Alors Emmanuel Kant s'attendrit, et montre qu'il est, non-seulement un grand philosophe, mais encore un brave homme; il réfléchit et dit d'un air moitié débonnaire, moitié malin : « II faut que le vieux Lampe ait un Dieu, sans quoi point de bonheur pour le pauvre homme....
Page 134 - ... et comme lorsqu'il avait demandé : « Où allons-nous? notre maître; » le maître avait répondu : « Suivez cet homme, » il obéissait strictement à cette injonction , ne s'occupant dès lors pas plus du guide que le guide ne s'occupait de lui. Après deux heures et demie de marche, qui ne furent pas pour M. Berryer sans inquiétude , on arriva à un petit bourg ; l'homme au cheval gris s'arrêta devant l'auberge : M. Berryer en fit autant. L'un descendit de son cheval, l'autre de sa voiture...
Page 171 - SchâhMohammed-Akber-Rhazy-Padischâh, auquel le résident politique avait adressé une pétition pour me présenter à Sa Majesté, tint gracieusement un durbar (une cour) pour me recevoir. Conduit à l'audience par le résident avec une pompe des plus passables, un régiment d'infanterie, une forte escorte de cavalerie, une armée de domestiques, d'huissiers, le tout terminé par une troupe d'éléphants richement...

Informations bibliographiques