Flora Tristan, la paria et son rêve: correspondance

Couverture
Stéphane Michaud
Presses Sorbonne Nouvelle, 2003 - 342 pages
0 Avis
Contemporaine de George Sand, grand-mère de Gauguin, Flora Tristan (1803-1844) appartient pleinement à notre histoire depuis le somptueux hommage que lui a rendu André Breton : " Il n'est peut-être pas de destinée féminine qui, au firmament de l'esprit, laisse un sillage aussi long et aussi lumineux ". L'immodestie de l'éloge cependant colle trop aux songes de la Paria pour n'être pas imprudent : la petite Parisienne, très tôt orpheline, ne cesse de rêver aux splendeurs de Mariano Tristan de Moscoso, son père idolâtré venu du Pérou ; elle ne se déprend jamais, au cœur du combat social en faveur des femmes et des ouvriers, de la fierté de l'aristocrate. Ressusciter le dialogue que Flora Tristan entretient avec ses contemporains (de toutes couches sociales, de toutes options politiques et de toutes nations), c'est voir au-delà d'une existence romanesque : plonger au cœur de la passion d'une femme, dans le quotidien des ouvriers qu'elle cherche à organiser. La vie jaillit à vif, avec ses couleurs, ses conflits. Des rêves se heurtent ou s'accordent, en viennent parfois à soulever leur temps. Cet enracinement de l'action et sa rencontre avec les réalités sociales d'une époque rude font tout le prix du parcours ici retracé.
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Livres sur des sujets connexes

Table des matières

À CharlesJoseph Traviès Londres 16 juillet
114
À CharlesJoseph Traviès Paris 9 septembre
120
À CharlesJoseph Traviès Paris 5 octobre
126
De Guillaume Noël Carpentras
161
Épilogue
297
Index des correspondants
303
Index des périodiques les plus souvent cités
326
Table
337
Droits d'auteur

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques