Mémoires de la duchesse de nemours: contenant ce qui s'est passé de plus particulier en France pendant la guerre de Paris jusqu'a la prison du Cardinal de Retz en 1652, avec les diférents caractères des personnes de la cour (Livre numérique Google)

Couverture
L'editeur du commentaire analytique du code civil, 1838 - 660 pages
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 215 - ... en même temps la naissance et la fin de ces pernicieux desseins. « En divers autres temps l'artifice des hommes et la malice du Diable ayant suscité et fomenté des divisions non moins dangereuses pour...
Page 215 - Si les plus grandes forces des ennemis de cette couronne se sont ralliées pour conspirer sa ruine, il a confondu leurs ambitieux desseins, pour faire voir à toutes les nations que, comme sa providence a fondé cet Etat, sa bonté le conserve et sa puissance le défend.
Page 469 - Plessis qui est l'un des hommes du monde eu qui j'en ai le plus remarqué, et des obligations incroyables que j'ai à madame sa femme. Notre amitié d'elle et de moi commença lors des guerres de Paris, où, nous trouvant ensemble à Port-Royal aux sermons de M. Singlin , nous parlions aussi hautement pour le service du Roi que l'on pourroit faire aujourd'hui.
Page 225 - ... quoiqu'elle ne lui avouât pas, il étoit véritable : chose nouvelle et bien étrange à un confesseur, qui n'est là que pour entendre ce qu'avec simplicité et vérité on lui expose devant Dieu, de vouloir forcer et contraindre le pénitent de lui dire ce qui est contraire à sa connoissance ; qu'il avoit soutenu impudemment à Sa Majesté qu'elle vouloit faire venir le Turc en la chrétienté, quoiqu'elle l'assurât du contraire; sur lequel sujet il l'avoit tellement pressée, qu'enfin Sa...
Page 469 - A peine étois-je arrivé à Pomponne que madame du Plessis vint m'y prendre, et me mena en sa maison de Fresne qui en est proche , sans que monsieur son mari ni elle aient jamais voulu m'en laisser partir tant que cet exil dura. Il faudrait être bien méconnoissant et bien insensible pour ne point parler ici de l'extrême bonté pour moi de M.
Page 343 - Majesté des effets conformes à ses promesses; ceux-là, dis-je, reconnoîtront que si le bonheur de votre Majesté a paru grand dans le bon succès de ses affaires, sa vertu n'est pas moindre que son bonheur. Je sais bien que si elle eût manqué à sa parole , elle eût beaucoup perdu de sa réputation , et que la moindre perte de ce genre fait qu'un grand prince n'a plus rien à perdre ; mais ce n'est pas peu que d'avoir satisfait à son devoir en diverses occasions , où la vengeance et le repos,...
Page 226 - Roi , par l'avis du cardinal , étoit résolu de lui donner cette charge; mais que néanmoins il ne laisseroit pas de bien vivre avec ledit sieur des Noyers, et que, quant au sieur de Chavigny, il croyoit qu'il lui avoit obligation, et le remercioit de l'assistance qu'il lui avoit donnée. Ses actions répondirent à ce commencement : il se glorifia incontinent de son crédit , et se faisoit de fête mal à propos. Le sieur de Chavigny étant mal avec le Roi par quelque faux rapport qui lui avoit...
Page 505 - Le mari se défendoit le mieux qu'il pouvoit; et comme il disoit avec emportemeut à M. de Feuquières que s'il savoit la méchante femme que c'étoit il ne le blâmeroit pas, un sien compère qu'il avoit amené avec lui lui dit doucement par-dessus l'épaule: « Compère, « il ya raison partout ; on sait bien qu'il faut « battre une femme , mais il ne la faut pas as
Page 226 - Roi qui bon lui sembleroit; imprudence, de vouloir, sans le consentement ni de l'évêque ni de la ville, établir son ordre à Troyes contre les ordonnances royales et l'ordre tenu par ses prédécesseurs, qui ne l'ont jamais désiré qu'en ménageant ledit consentement, et encore au fort de la guerre, qui est un temps où il est moins à propos de mécontenter les villes ; et son audace, en ce qu'il a bien osé poursuivre cette chose très-importante au nom du Roi, et toutefois à son déçu et...
Page 505 - He said afterwards to Desmarets : "Eh bien, les Français n'auront donc jamais de goût. Ils n'ont pas été charmés de Mirame ! " Arnaud says pithily, "On ne pouvoit alors avoir d'autre satisfaction des offenses d'un homme qui étoit maître de tout, et redoutable à tout le monde.

Informations bibliographiques