Collection complette des œuvres de Mr. de Voltaire: Mélanges de philosophie, de morale, et de politique (Livre numérique Google)

Couverture
F. Grasset, 1772
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 21 - En un mot , je ne fais s'il ya une preuve métaphyfique plus frapante , & qui parle plus fortement à l'homme, que cet ordre admirable qui règne dans le monde ; & fi jamais il ya eu un, plus bel argument que ce verfet : Cœli enarrant glorifim Dei. Aulfi vous voyez , que Newton n'en apporte point d'autre à la fin de fon Optique & de fes Principes.
Page 317 - Il impute à l'essence de notre nature ce qui n'appartient qu'à certains hommes : il dit éloquemment des injures au genre humain.
Page 331 - II faut aimer, et très-tendrement, les créatures ; il faut aimer sa patrie, sa femme, son père, ses enfants : il faut si bien les aimer, que Dieu nous les fait aimer malgré nous.
Page 21 - Platon, qui fait dire à un de fes interlocuteurs : Vous jugez que j'ai une ame intelligente, parce que vous apercevez de l'ordre dans mes paroles et dans mes actions ; jugez donc, en voyant l'ordre de ce monde, qu'il ya une ame fouverainement intelligente.
Page 383 - A ces causes et autres, pour l'édification des fidèles et pour le bien de leurs âmes, nous leur défendons de jamais lire aucun livre, sous peine de damnation éternelle. Et, de peur que la tentation diabolique ne leur prenne de s'instruire, nous défendons aux pères et aux mères d'enseigner à lire à leurs enfants.
Page 344 - Qu'on s'imagine un nombre d'hommes dans les chaînes, et tous condamnés à la mort, dont les uns étant chaque jour égorgés à la vue des autres , ceux qui restent voient leur propre condition dans celle de leurs semblables, et, se regardant les uns les autres avec douleur et sans espérance, attendent leur tour; c'est l'image de la condition des hommes.
Page 349 - Les sciences ont deux extrémités qui se touchent : la première est la pure ignorance naturelle où se trouvent tous les hommes en naissant. L'autre extrémité est celle où arrivent les grandes ames , qui, ayant parcouru tout ce que les hommes peuvent savoir , trouvent qu'ils ne savent rien , et se rencontrent dans cette même ignorance d'où ils étoient partis.

Informations bibliographiques