Oeuvres de Monsieur de Montesquieu (Livre numérique Google)

Couverture
Chez Arkstée et Merkus, 1764
1 Commentaire
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 23 - ... jamais de la république ; dans le principe où ils furent toujours de ne...
Page 82 - Mais quand j'ai découvert mes principes, tout ce que je cherchais est venu à moi, et dans le cours de vingt années, j'ai vu mon ouvrage commencer, croître, s'avancer et finir.
Page 77 - Je n'ai point naturellement l'esprit désapprobateur. Platon remerciait le ciel de ce qu'il était né du temps de Socrate ; et moi, je lui rends grâces de ce qu'il m'a fait naître dans le gouvernement où je vis, et de ce qu'il a voulu que j'obéisse à ceux qu'il m'a fait aimer.
Page 242 - Suivons la nature, qui a donné aux hommes la honte comme leur fléau, et que la plus grande partie de la peine soit l'infamie de la souffrir.
Page 30 - Parlà, il acquerra du moins le droit à un nouvel examen , dans les endroits où il n'aura pas été de l'avis de fes cenfeurs ; peut-être même ce qu'il aura jugé le plus digne de correction leur a'-t il abfolument échappé , tant l'envie déduire eft ordinairement aveugle ! Mais ce...
Page 381 - Mais les juges de la nation ne sont, comme nous avons dit, que la bouche qui prononce les paroles de la loi, des êtres inanimés qui n'en peuvent modérer ni la force ni la rigueur.
Page 242 - Il ne faut point mener les hommes par les voies extrêmes; on doit être ménager des moyens que la nature nous donne pour les conduire. Qu'on examine la cause de tous les relâchements, on verra qu'elle vient de l'impunité des crimes, et non pas de la modération des peines.
Page 84 - Ceux qui ont dit qu'une fatalité aveugle a produit tous les effets que nous voyons dans le monde, ont dit une grande absurdité; car quelle plus grande absurdité qu'une fatalité aveugle qui aurait produit des êtres intelligents?
Page 78 - Je n'ai point tiré mes principes de mes préjugés, mais de la nature des choses.
Page 353 - Peu de nations se soumirent à lui , sur les autels desquelles il ne fit des sacrifices : il semblait qu'il n'eût conquis que pour être le monarque particulier de chaque nation , et le premier citoyen de chaque ville. Les Romains conquirent tout pour tout détruire : il voulut tout conquérir pour tout conserver...

Informations bibliographiques