Le commerce et le gouvernement, considérés relativement l'un à l'autre: Ouvrage élémentaire (Livre numérique Google)

Couverture
chez Jombert & Cellot, 1776
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Livres sur des sujets connexes

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 17 - L'eau vaut donc le travail que je fais pour me la procurer. Si je ne vais pas la chercher moi-même , je paierai le travail de celui qui me l'apportera ; elle vaut donc le salaire que je donnerai ; et par conséquent les frais de voiture sont une valeur à elle. Je lui donne moi-même cette valeur, puisque j'estime qu'elle vaut ces frais de voiture. On...
Page 97 - Je réponds que, lorsque je défriche un champ, le produit des avances que je fais ne peut être qu'à moi. J'ai seul le droit d'en jouir; pourquoi donc, au moment de mourir, n'en céderai-je pas la jouissance? Et comment la céderai-je, si je ne dispose pas du fonds? J'ai desséché des marais, j'ai élevé des digues qui mettent mes terres à l'abri des inondations, j'ai conduit des eaux dans des prairies qu'elles rendent fertiles; j'ai fait des plantations dont le produit m'appartient, et dont...
Page 18 - On serait bien étonné si je disais que l'air a une valeur; et cependant je dois le dire si je raisonne conséquemment. Mais que me coûte-t-il? Il me coûte tout ce que je fais pour le respirer, pour en changer, pour le renouveler. J'ouvre ma fenêtre, je sors. Or chacune de ces actions est un travail, un travail bien léger, à la vérité, parce que l'air, encore plus abondant que l'eau, ne peut avoir qu'une très-petite valeur.
Page 312 - Une société civile est fondée sur un contrat, exprès ou tacite, par lequel tous les citoyens s'engagent, chacun pour leur part, à contribuer à l'avantage commun. En .général, pour contribuer à cet avantage, il suffit d'être utile; et on le sera, toutes les 'fois qu'on aura un état, et qu'on en remplira les devoirs. Cette manière de contribuer est une obligation que tous les citoyens, sans exception, ont contractée en se réunissant en corps de société.
Page 462 - Cette monnaie de papier parut mettre un grand mouvement dans la circulation, et on se crut plus riche. Avec des terres, disait-on, on a toujours des réparations à faire : une mauvaise récolte vous enlève une partie de vos revenus, et on a souvent bien de la peine à être payé de ses fermiers. D'ailleurs...
Page 97 - J'ai desséché des marais, j'ai élevé des digues qui mettent mes terres à l'abri des inondations ; j'ai conduit des eaux dans des prairies qu'elles rendent fertiles; j'ai fait des plantations dont le produit m'appartient, et dont cependant je ne jouirai pas; en un mot, j'ai donné à des terres sans valeur une valeur qui est à moi tant qu'elle dure, et sur laquelle, par conséquent, je conserve des droits pour le temps où je ne serai plus. Reprenez ces terres dans l'état de friche où je les...
Page 148 - Or nous y avons tous les deux le même avantage, puisque nous évitons l'un et l'autre tous frais et tous risques. En conséquence je lui compte cinquante mille francs à Paris , et il me donne sur celui qui a ses fonds à Bordeaux une lettre par laquelle il lui dit de payer à mon ordre cinquante mille francs au porteur. Voilà donc la moitié de ma somme que j'ai fait passer à Bordeaux. L'autre moitié y passera de la même manière , parce que je trouve des...
Page 417 - Il ne fut plus permis de travailler ! voilà une loi bien étrange. Cependant, quand on veut que celui qui n'a rien, paie pour avoir la permission de gagner sa subsistance, il faut bien défendre le travail à ceux qui ne paient pas , et, par conséquent, leur ôter tout moyen de subsister.
Page 314 - La seconde ne le saurait. Elle ne peut pas fournir la subsistance à ceux qui travaillent, puisqu'elle n'a point de productions en propre. Elle ne peut pas leur donner l'argent dont ils ont besoin pour acheter cette subsistance, puisqu'elle n'a pour tout argent que son salaire; et que ce salaire, réduit au plus bas par la concurrence, n'est précisément que ce qu'il lui faut pour subsister elle-même.
Page 153 - ... francs de créances sur Bordeaux, et que des marchands de Bordeaux aient pour pareille somme de créances sur Paris : toutes ces créances disparaîtront par un simple virement de parties, c'est-à-dire, lorsqu'à Bordeaux les marchands qui doivent à Paris, paieront ceux à qui Paris doit; et qu'à Paris les marchands qui doivent à Bordeaux, paieront ceux à qui Bordeaux doit. Si Paris doit à Nantes cent mille francs...

Références issues de pages Web

Le Commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l ...
Le Commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l’autre - Première Partie - Section 19. La bibliothèque libre. ...
fr.wikisource.org/ wiki/ Le_Commerce_et_le_gouvernement_consid%C3%A9r%C3%A9s_relativement_l%E2%80%99un_%C3%A0_l%E2%80%...

[Le] commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l ...
Le commerce et le gouvernement considérés relativement l'un à l'autre: ouvrage élémentaire / par M. l'abbé de Condillac. [p1] le commerce et le gouvernement ...
ftp.ac-toulouse.fr/ pub/ philosophie/ condillaclecommerceetlegouvernement.rtf

Étienne Bonnot de Condillac: Biography and Much More from Answers.com
Étienne Bonnot de Condillac The French philosopher and educator Étienne Bonnot de Condillac (1715-1780) was a Lockean psychologist and early
www.answers.com/ topic/ tienne-bonnot-de-condillac

Étienne Bonnot de Condillac - Wikipédia
[modifier] Le Commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l’autre. Condillac écrit un traité d’économie magistral : le Commerce et le ...
fr.wikipedia.org/ wiki/ %C3%89tienne_Bonnot_de_Condillac

Condillac - Commerce - I (1 à 5)
[NB : Le texte est celui de l'édition originale. Il sera paginé ultérieurement. En même temps les manchettes seront restituées.] ...
www.efm.bris.ac.uk/ het/ Condillac/ CommI01.html

Le développement humain - Discussion paper n° 20
Le Commerce et le Gouvernement, considérés relativement l’un à l’autre. (Nouvelle édition : 1795). Paris : Letellier/Maradan (380 pages). ...
www.unesco.org/ most/ dsp20.htm

Untitled
CONDILLAC, Etienne Bonnot de, Le commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l’autre, 1ère. partie, chap. I, cité par LEBEAU, Auguste, ...
crec.univ-paris3.fr/ Plaisir(s).php

articlebach
... c'est Condillac dans son texte physiocratique, sévèrement critiqué par Marx (116), Le commerce et le gouvernement considérés relativement l'un à l'autre ...
rousseaustudies.free.fr/ ArticleBach.htm

Étienne Bonnot de Condillac - Wikipédia
A Wikipédiából, a szabad enciklopédiából. Ugrás: <small>NAVIGÁCIÓ</small>, <small>KERESÉS</small>. Etienne Bonnot de Condillac. Etienne Bonnot de Condillac ...
hu.wikipedia.org/ wiki/ %C3%89tienne_Bonnot_de_Condillac

Le Commerce et le Gouvernement consideres relativement l'un a l'autre
Downloadable ! Author(s): Condillac, Etienne Bonnot Abbe de. 1794 Abstract: No abstract is available for this item
ideas.repec.org/ b/ hay/ hetboo/ condillac1794.html

Informations bibliographiques