Émile, ou, De l'éducation, Volume 3 (Livre numérique Google)

Couverture
2 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Émile, ou, De l'éducation

Avis d'utilisateur  - LeMalouin - Babelio

Émile, ou, De l'éducation par Jean-Jacques Rousseau Jean-Jacques Rousseau nous explique comment élever les mioches. Il s’en choisit un fictif qu’il baptise Emile (pourquoi pas Brian ?) Tant qu’à ... Consulter l'avis complet

Émile, ou, De l'éducation

Avis d'utilisateur  - bina - Babelio

Émile, ou, De l'éducation par Jean-Jacques Rousseau Rousseu rédigeant un essai sur l'éduction? Quel paradoxe quand on pense qu'il a abandonné tous ses enfants. Ce qu'il rédige est moins un traité qu ... Consulter l'avis complet

Pages sélectionnées

Table des matières

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 12 - Il n'y en a pas un seul qui , venant à connoître le vrai et le faux , ne préférât le mensonge qu'il a trouvé à la vérité découverte par un autre. Où est le philosophe qui , pour sa gloire , ne tromperait pas volontiers le genre humain...
Page 125 - Je vous avoue aussi que la majesté des Écritures m étonne, la sainteté de l'évangile parle à mon cœur. Voyez les livres des philosophes avec toute leur pompe ; qu'ils sont petits près de celui-là ! Se peutil qu'un livre , à— la— fois si sublime et si simple, soit l'ouvrage des hommes?
Page 128 - Au fond c'est reculer la difficulté sans la détruire ; il seroit plus inconcevable que plusieurs hommes d'accord* eussent fabriqué ce livre, qu'il ne l'est qu'un seul en ait fourni le sujet. Jamais des auteurs juifs n'eussent trouvé ni ce ton , ni cette morale ; et l'Evangile a des caractères de vérité si grands , si frappants , si parfaitement inimitables , que l'inventeur en seroit plus étonnant que le héros.
Page 79 - La différence est que le bon s'ordonne par rapport au tout, et que le méchant ordonne le tout par rapport à lui. Celui-ci se fait le centre de toutes choses ; l'autre mesure son rayon et se tient à la circonférence. Alors il est ordonné par rapport au centre commun, qui est Dieu, et par rapport à tous les cercles concentriques, qui sont les créatures. Si la Divinité n'est pas, il n'ya que le méchant qui raisonne , le bon n'est qu'un insensé.
Page 62 - En suivant toujours ma méthode, je ne tire point ces règles des principes d'une haute philosophie, mais je les trouve au fond de mon cœur écrites par la nature en caractère ineffaçables.
Page 70 - Il est donc au fond des âmes un principe inné de justice et de vertu, sur lequel, malgré nos propres maximes, nous jugeons nos actions et celles d'autrui comme bonnes ou mauvaises; et c'est à ce principe que je donne le nom de conscience.
Page 63 - Trop souvent la raison nous trompe, nous n'avons que trop acquis le droit de la récuser ; mais la conscience ne trompe jamais, elle est le vrai guide de l'homme...
Page 250 - Point d'importuns laquais épiant nos discours, critiquant tout bas nos maintiens, comptant nos morceaux d'un œil avide, s'amusant à nous faire attendre à boire, et murmurant d'un trop long dîner. Nous serions nos valets, pour être nos maîtres ; chacun...
Page 5 - Je ne veux pas argumenter avec vous, ni même tenter de vous convaincre; il me suffit de vous exposer ce que je pense dans la simplicité de mon cœur.
Page 127 - Oui, si la vie et la mort de Socrate sont d'un sage, la vie et la mort de Jésus sont d'un Dieu.

Informations bibliographiques