Noir Tango: (1945-1947)

Couverture
Fayard, 12 mai 1993 - 374 pages
11 Avis
Novembre 1945: à Nuremberg dans l'Allemagne vaincue, les Alliés jugent les anciens criminels nazis.

Léa Delmas, envoyée par la Croix-Rouge, y retrouve François Tavernier qu'elle a revu quelque mois plus tôt dans un Montillac en pleine reconstruction.

Léa, ébranlée par les atrocités de la guerre, s'effondre lorsque Sarah Mulstein lui raconte l'horreur de son calvaire dans le camp de Ravensbrück. Les souffrances et les humiliations ont fait de cette femme sensible un être habité par la haine et le désir de vengeance. Sarah convainc François Tavernier d'épouser sa cause et de rejoindre le réseau de Vengeurs qu'elle a constitué. Leur mission est simple: traquer et exécuter les nazis partout où ils se trouvent. Cette " chasse " les conduit en Argentine où les milieux péronistes facilitent l'insertion des criminels de guerre dans la société.

Dans Noir Tango, Régine Deforges redonne vie, pour notre plus grand bonheur, aux personnages qui nous ont conquis dans sa trilogie La Bicyclette Bleue.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis des utilisateurs

5 étoiles
4
4 étoiles
5
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0

La Bicyclette bleue, tome 4 : Noir tango

Avis d'utilisateur  - soso1009 - Babelio

La Bicyclette bleue, tome 4 : Noir tango par Régine Deforges Une fois de plus, c'est avec plaisir que j'ai lu ce 4ème volet de la saga de "La Bicyclette Bleue". Comment ne pas apprécier une nouvelle ... Consulter l'avis complet

La Bicyclette bleue, tome 4 : Noir tango

Avis d'utilisateur  - nounounath - Babelio

La Bicyclette bleue, tome 4 : Noir tango par Régine Deforges Après la résistance, l'Argentine, ça commence à faire trop bof bof Consulter l'avis complet

À propos de l'auteur (1993)

Régine Deforges est née à Montmorillon dans le Poitou où elle est élevée dans différentes institutions religieuses. Très tôt, les livres constituent son univers d’élection : elle devient tour à tour libraire, relieur, éditeur, scénariste, réalisateur et écrivain. Elle ouvre plusieurs librairies, tant à Paris qu’en province, et crée, en 1968, sa propre maison d’édition, l’Or du temps, et devient de ce fait la première femme éditeur française. Le premier livre qu’elle publie, Irène, attribué à Louis Aragon, est saisi quarante-huit heures après sa mise en vente. Dès cet instant, Régine Deforges se bat et ne cessera plus de se battre pour défendre la liberté d’expression sous toutes ses formes. Elle publie une centaine d’ouvrages (notamment des livres d’Apollinaire, Gautier, Restif de la Bretonne et Mandiargue, entre autres), dont la plupart font l’objet d’interdictions diverses voire, pour certains, de poursuites pour outrage aux bonnes mœurs. De nombreux procès et de lourdes amendes l’obligent à déposer son bilan.

Informations bibliographiques