Mémoires de Guy Joli, conseiller au chastelet de Paris, Volume 1 (Livre numérique Google)

Couverture
Chez Fabry & Barillot., 1751
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 36 - ... pas d'envoyer sous main , par leurs créatures , des avis à quelques-uns du parlement et de la ville pour les affermir dans leur dessein. Le calme qui parut rétabli pendant quelques jours ne diminua rien de la haine que tout le monde avoit contre le cardinal Mazarin...
Page 1 - ... de M. de Beaufort du bois de Vincennes, d'où il se sauva le jour de la Pentecôte 1648, augmenta aussi beaucoup les espérances du peuple, qui dès ce moment regarda ce prince comme un chef capable de le défendre contre les entreprises de la cour. On ne parloit d'autre...
Page 90 - ... on afficha des billets imprimés pour avertir les rentiers de se trouver à l'hôtel-de-ville , où les principaux n'osèrent pourtant pas aller , de peur d'être remarqués , se contentant d'appuyer sous main la conduite des autres. Toute la conséquence de cette affaire ne fut pas assez comprise dans le commencement, ni par la cour ni par les frondeurs. On ne la sentit bien que quelques jours après , qu'on vit qu'il y avoit peu de personnes dans Paris et dans les provinces qui n'y eussent...
Page 57 - ... & d'épée s'y rendant régulièrement tous les foirs, & le coadjuteur pour des raifons générales & particulieres. Dans ce temps-là madame de •Longueville accoucha d'un fils, que le corps de ville tint fur les fonts, & le • nomma Charles-Paris. Cependant M. * de Longueville alla dans fon gouvernement de Normandie pour y fervir le parti , n'ayant point voulu prendre de qualité entre les autres généraux qu'il croyoit au-deflbus de lui. 11...
Page 1 - ... n'avoit pas bien cuvé son vin. Il y eut dès ce moment une espèce d'assemblée des chambres, où il ne se résolut pourtant rien alors, la délibération ayant été remise au lendemain matin : le peuple parut même un peu s'apaiser sur les six heures du soir, et se retira peu à peu chacun chez soi, après que les gardes eurent abandonné le PontNeuf par ordre du maréchal de La Meilleraye, lequel y retourna, et fit crier vive le Roi! par des gens apostés. Cependant les boutiques demeurèrent...
Page 119 - M. le prince , on ne se servit de l'affaire de Joly pour le pousser : ce qui auroit été aisé, sur la déposition de deux témoins, dont il auroit pu se trouver assez embarrassé. C'est pourquoi il alla trouver le duc de Noirmoutier pour accommoder l'affaire, offrant pour cela deux mille écus à Joly : ce qui donna lieu à rire à ceujj qui étoient du secret , et leur fit cependant juger qu'il y avoit eu quelque dessein formé.
Page 140 - Hâvre s'étoit faite sans son agrément ; mais comme son traité avec eux n'étoit pas encore conclu , il n'avoit pas jugé à propos de s'engager avant d'avoir pris ses sûretés. Enfin le coadjuteur acheva le tout par deux traités qu'il fit avec madame la princesse palatine, qui avoit reçu pour cela un pouvoir de M. le prince sur un morceau d'ardoise , et une promesse de madame de Longueville d'agréer pour les princes tout ce dont on...
Page 16 - Roi porta au parlement au mois de janvier 1648 , contenant la création de douze maîtres des requêtes. Car , bien que cet édit ne semblât regarder que le corps des maîtres des requêtes , les conséquences en retomboient sur toute la robe , et il y avoit peu de familles qui n'y fussent intéressées pour leurs parens ou pour leurs amis. De plus , comme on vit que les maîtres des requêtes s'assemblèrent...

Informations bibliographiques