Curiosités naturelles, historiques et morales de l'empire de la Chine, ou, Choix des traits les plus intéressans de l'histoire de ce pays, et des relations des voyageurs qui l'ont visité, Volume 2 (Livre numérique Google)

Couverture
Ledentu, 1818
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 79 - L'épouse pratique aussitôt la même cérémonie à l'égard de son mari, et en même temps on apporte deux tasses pleines de vin; ils en boivent une partie, et mêlent ce qui reste dans une seule tasse pour se le partager ensuite et achever de boi're.
Page 138 - Il ne peut s'en dispenser que pour cause de maladie, ou lorsqu'il porte le deuil de son père ou de sa mère. Les vieux gradués , après avoir donné des preuves de leur vieillesse , sont dispensés pour toujours de ces sortes d'examens.
Page 232 - Nos anciens tenaient pour maxime que , s'il y avait un homme qui ne labourât point, et une femme qui ne s'occupât point de la culture de la soie, quelqu'un s'en ressentait dans l'État , et souffrait la faim ou le froid.
Page 76 - Le père et la mère sont assis , l'un à la partie orientale, l'autre à la partie occidentale de la cour du portique intérieur , et les parens forment un cercle autour d'eux.
Page 73 - La première consiste à convenir du mariage ; la seconde , à demander le nom de la fille , le mois et le jour de sa naissance ; la troisième , à consulter les devins sur le mariage futur , et a.
Page 363 - Cependant quelque ardeur qu'il eût pour le dégagement et le repos du cœur, il ne renonça pas aux plaisirs de l'union conjugale. Il se maria successivement jusqu'à trois fois. Sa première femme lui fut promptement enlevée par une maladie ; il répudia la seconde pour une faute qu'elle avait commise. La troisième sera le sujet de cette histoire. Elle s'appelait Tian , et descendait des rois de Tsi (i).
Page 78 - Le cortége avance, et, lorsqu'on est arrivé au milieu de la cour, l'époux se met à genoux et offre à son beau-père un canard sauvage, que le maître des cérémonies porte à l'épouse. Enfin les deux époux se rencontrent pour la première fois; ils se saluent l'un l'autre fort gravement et en se faisant une inclination profonde. Ensuite ils se mettent à genoux pour adorer ensemble le ciel et la terre. Il paraît que cet acte est le point essentiel de la cérémonie , et qu'il est, en quelque...
Page 78 - ... d'où pend un grand voile qui lui couvre tout le visage. « Ayez bon courage, » ma fille , lui dit-elle, soyez toujours soumise aux » volontés de votre époux , et observez avec exac
Page 78 - Cependant le père de l'épouse va recevoir l'époux , selon l'usage ordinaire, avec cette différence que le gendre donne la main au beau-père. Lorsqu'ils sont arrivés au milieu de la seconde cour , l'époux se met à genoux et offre à son beau-père un canard sauvage que les domestiques de ce dernier portent à l'épouse comme un nouveau gage de son attachement.. Enfin les deux époux se rencontrent pour la première fois, ils se saluent l'un et l'autre , et adorent à genoux le ciel , la terre...
Page 78 - Il marche devant elle, et entre dans la cour intérieure où le repas nuptial est préparé : alors l'épouse lève son voile et salue son mari; l'époux la salue à son tour , et l'un et l'autre lave ses mains, l'époux à la partie septentrionale, et l'épouse à la partie méridionale du portique.

Informations bibliographiques