Recueil des notices et mémoires de la Société archélologique de la province de Constantine, Volume 16 (Livre numérique Google)

Couverture
Alessi et Arnolet, 1874
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Livres sur des sujets connexes

Table des matières

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 310 - Madrous), mausolée qui ressemble à une « grosse colline et qui est construit avec des briques « très-minces et cuites au feu. Il est bâti en forme de « niches peu grandes, et le tout est scellé avec du plomb. « On voit sur cet édifice des figures représentant des « hommes et d'autres espèces d'animaux. De tout côté le « toit est disposé en gradins ; sur le sommet pousse un « arbre. Dans les temps passés, on avait rassemblé du « monde afin de renverser ce monument, mais cette...
Page xxiv - SENS. — Société archéologique, SOISSONS. —Société archéologique, historique et scientifique. TOULON. — Société des sciences, belles-lettres et arts du Var.
Page xxii - AVESNES. — Société archéologique de l'arrondissement. AUXERRE. — Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne. BEAUVAIS. — Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise./ BEZIERS.
Page 134 - En outre, on a observé que la crue du Nil correspond à l'abondance des neiges et des pluies en Mauritanie. Sorti de ce lac, le fleuve s'indigne de couler à travers des lieux sablonneux et arides, et il se cache pendant un trajet de quelques jours de marche; puis, traversant un plus grand lac dans la Massaesylie, portion de la Mauritanie Césarienne, il s'élance, et jette, pour ainsi dire, un regard sur les sociétés humaines; la présence des mêmes animaux prouve que c'est toujours le même...
Page 135 - ... que c'est toujours le même fleuve. Reçu de nouveau dans les sables, il se dérobe encore une fois dans des déserts de vingt journées de marche, jusqu'aux confins de l'Ethiopie, et lorsqu'il a reconnu derechef la présence de l'homme, il s'élance, sans doute jaillissant de cette source qu'on a nommée Nigris. Là, séparant l'Afrique de l'Ethiopie, les rives en sont peuplées, sinon d'hommes, du moins de bêtes et de monstres: créant des forêts dans son cours, il traverse par le milieu...
Page 432 - Sur notre épitaphe les ligatures sont nombreuses ; à la deuxième, à la troisième, à la quatrième, à la cinquième...
Page 134 - ... procuré la découverte de tous les autres pays. La source (autant qu'ont pu s'étendre les recherches du roi Juba) en est dans une montagne de la Mauritanie inférieure, non loin de l'Océan; il forme aussitôt un lac qu'on appelle Nilis.
Page 315 - Masa< nissa quœ faciat odie, nonaginta annos natus : cum « ingressus iter pedibus sit, in equum omnino non ascen« dere : cum equo, ex equo non descendere : nullo fri« gore adduci ut capito operto sit, etc.
Page 135 - Césarienne, il s'élance, et jette, pour ainsi dire, un regard sur les sociétés humaines; la présence des mêmes animaux prouve que c'est toujours le même fleuve. Reçu de nouveau dans les sables, il se dérobe encore une fois dans des déserts de vingt journées de marche, jusqu'aux...
Page 292 - Kanga : erreur. Au beau milieu, gravée dans le roc, nous avons découvert une inscription parfaitement conservée, qui nous apprenait que, sous Antonin le Pieux...

Informations bibliographiques