Bibliothéque choisie des classiques latins (Livre numérique Google)

Couverture
Chez Ant. Aug. Renouard, rue Saint-André-des-Arcs, N. ̊55., 1813 - 83 pages
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 48 - N'avoir en sa maison ni meubles ni valet ; Parmi les tas de blé vivre de seigle et d'orge ; De peur de perdre un liard, souffrir qu'on vous égorge.— Et pourquoi cette épargne, enfin ?—L'ignores-tu ? Afin qu'un héritier, bien nourri, bien vêtu, Profitant d'un trésor en tes mains inutile, De son train quelque jour embarrasse la ville.— Que faire ? II faut partir : les matelots sont prêts.
Page 32 - His ego centenas ausim deposcere voces: Ut quantum mihi te sinuoso in pectore fixi, Voce traham pura : totumque hoc verba resignent, Quod latet arcana non enarrabile fibra.
Page 34 - Apposita intortos extendit regula mores, Et premitur ratione animus, vincique laborat, Artificemque tuo ducit sub pollice vultum. Tecum etenim longos memini consumere soles, Et tecum primas epulis decerpere noctes ; Unum opus, et requiem pariter disponimus ambo, Atque verecunda laxamus seria mensa. Non equidem hoc dubites, amborum...
Page 67 - Sclis, 1778: c'est un modèle d'honnêteté en fait de critique . et des égards que se doivent mutuellement , dans leurs combats , les gens de lettres. VI. Lettre a M.
Page 68 - Satires de Perse , traduites en vers français, par L.-V. RAOUL, bibliothécaire de la ville de Meaux (avec le texte en regard). Meaux , Д/"" Raoul; Datais- Berlianli ; et Paris , brunot-l.abbc , i 8 1 a , in-8 , 4 fr.
Page 53 - ... également instructives qu'il ya jointes, s'assurer que Perse est un écrivain d'un vrai mérite, et digne de l'honneur que lui a fait Boileau de lui emprunter plusieurs traits, plusieurs morceaux qui ne sont pas les moins heureux de ses satyres. Tel est ce vers si connu: Le momeat où je parle est déjà loin de moi , qui dans l'original ne tient que la moitié d'un vers.
Page 48 - On ne fut plus ni fat ni sot impunément ; Et malheur à tout nom, qui, propre à la censure, Put entrer dans un vers sans rompre la mesure ! Perse, en ses vers obscurs, mais serrés et pressans, Affecta d'enfermer moins de mots que de sens.
Page 10 - Saggio di lingua etrusca e di altre antiche d'Italia, per servire alla storia de' popoli, delle lingue e delle belle arti(da LuigiLanzi).
Page 52 - De Perse et de Pétrone. La gravité du style , la sévérité de la morale , beaucoup de concision et beaucoup de sens , sont les attributs particuliers de Perse. Mais l'excès de ces bonnes qualités le fait tomber dans tous les défauts qui en sont voisins. Qui n'est que juste est dur, qui n'est que sage est triste, a si bien dit Voltaire; et cela est vrai des ouvrages comme des hommes. La gravité stoïque de Perse devient sécheresse...
Page 64 - Cependant le traducteur n'a ni entendu ni senti son auteur. Il en. a fait presque toujours un pédant bel-esprit, qui affecte des airs légers et mêle des gentillesses à ses adages. Les vers serrés et pressans de Perse sont remplacés par de longues phrases ; ses images et ses figures souvent hardies, par des trivialités.

Informations bibliographiques