Mémoires pour servir à l'histoire de notre littérature, depuis François 1er jusquà nos jours, Volume 1 (Livre numérique Google)

Couverture
Gérard, 1803
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Livres sur des sujets connexes

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 367 - Au banquet de la vie, infortuné convive, J'apparus un jour, et je meurs ; Je meurs, et sur ma tombe, où lentement j'arrive, Nul ne viendra verser des pleurs.
Page 162 - Connaissez-vous sur l'Hélicon L'une et l'autre Thalie? L'une est chaussée et l'autre non, Mais c'est la plus jolie. L'une a le rire de Vénus, L'autre est froide et pincée : Honneur à la belle aux pieds nus, Nargue de la chaussée.
Page 262 - Me permettra-t-on de parler un moment la langue des géomètres ? On sait ce qu'ils appellent une équation. L'illusion est seule d'un côté. C'est une quantité constante, qui est égale à une somme de termes, les uns positifs, les autres négatifs, dont le nombre et la combinaison peuvent varier sans fin, mais dont la valeur totale est toujours la même. Les termes positifs représentent les circonstances communes, et les négatifs les circonstances extraordinaires. Il faut qu'elles se rachètent...
Page 177 - J'entends crier encor le sang de leurs victimes; Je lis en traits d'airain la liste de leurs crimes ; Et c'est eux qu'aujourd'hui l'on voudrait excuser ! Qu'ai-je dit? On les vante ! et l'on m'ose accuser ! Moi, jouet si longtemps de leur lâche insolence, Proscrit pour mes discours, proscrit pour mon silence, Seul, attendant la mort quand leur coupable voix, Demandait à grands cris du sang et non des...
Page 261 - La véritable manière de philosopher, c'eût été et ce serait d'appliquer l'entendement à l'entendement; l'entendement et l'expérience aux sens; les sens à la nature; la nature à l'investigation des instruments; les instruments à la recherche et à la perfection des arts, qu'on jetterait au peuple pour lui apprendre à respecter la philosophie.
Page 224 - Ceci s'adresse à vous, esprits du dernier ordre, Qui, n'étant bons à rien, cherchez sur tout à mordre. Vous vous tourmentez vainement. Croyez-vous que vos dents impriment leurs outrages Sur tant de beaux ouvrages ? Ils sont pour vous d'airain, d'acier, de diamant.
Page 382 - D'être au collège un bel esprit mondain, Et dans le monde un homme de collège ; Gresset dévot ; longtemps petit badin, Sanctifié par ses palinodies, II prétendait avec componction Qu'il avait fait jadis des comédies, Dont à la Vierge il demandait pardon. — Gresset se trompe, il n'est pas si coupable : Un vers heureux et d'un tour agréable Ne suffit...
Page 332 - Et n'est caillette en honnête maison Qui ne se pâme à sa douce faconde. En vérité, caillettes ont raison ; C'est le pédant le plus joli du monde.
Page 418 - Fantôme révéré sous un titre onéreux; Vois combien des grandeurs le comble est dangereux ; Contemple de Fouquet les funestes reliques, Et, tandis qu'à sa perte en secret tu t'appliques, Crains qu.on ne te prépare un destin plus affreux : Sa chute quelque jour te peut être commune.
Page 178 - Auprès d'André Chénier avant que de descendre, J'élèverai la tombe où manquera sa cendre, Mais où vivront du moins et son doux souvenir, j Et sa gloire, et ses vers dictés pour l'avenir.

Informations bibliographiques