Bibliothéque musicale populaire ... (Livre numérique Google)

Couverture
Schott Frères, 1877
1 Commentaire
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

h o salutaris et l'inconnue persécutées etc etc morceaux de Gossec executés sur un h à 4 cylindres et claviers mouvant par Renaudin !!!a chercher

Livres sur des sujets connexes

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 14 - Es geht ein Mann mit raschem Schritt, — Nun freilich geht sein Schatten mit — Er geht durch Dickicht, Feld und Korn, Und all sein Streben ist nach vorn; Ein Strom will hemmen seinen Mut, Er stürzt hinein und teilt die Flut; Am andern Ufer steigt er auf, Setzt fort den unbezwungnen Lauf. Nun an der Klippe angelangt, Holt weit er aus, daß jedem bangt. Ein Sprung — und sieh da, unverletzt Hat er den Abgrund übersetzt.
Page 16 - D'où résultait une harmonie Sans effort et sans embarras. De ces instruments hauts et bas, Quand chacun faît bien sa partie, L'ensemble ne me déplaît pas ; Mais, ma foi ! La Harpe m'ennuie. Chacun a son goût ici-bas : J'aime Gluck et son beau génie, Et la céleste mélodie Qu'on entend à ses opéras. De vos...
Page 14 - II fit beugler Achille, Agamemnon, II fit hurler la reine Clytemnestre , II fit ronfler l'infatigable orchestre. Du coin du roi les antiques dormeurs Se sont émus à ses longues clameurs, Corresf.
Page 15 - Je fais , monsieur, beaucoup de cas De cette science infinie, Que , malgré votre modestie , Vous étalez avec fracas, Sur le genre de l'harmonie Qui convient à nos opéras. Mais tout cela n'empêche pas Que votre Annule ne m'ennuie.
Page 26 - Du wärst ein Mörder nicht? Selbstmörder du! Was öffnest du des Busens stilles Haus Und stößt sie aus, die unverhüllte Seele Und wirfst sie hin, den Gaffern eine Lust? Stößt mit dem Dolch nach ihr und triffst; Und klagst und weinst, Und zählst mit Tränen ihre blut'gen Tropfen? Dann aber höhnst du sie und dich, Brichst spottend aus in gellendes Gelächter! Du wärst kein Mörder? Frevler du am Ich, Des eignen Leibs, der eignen Seele Mörder! Und auch der meine — doch ich weich dir aus!
Page 167 - La République nous appelle Sachons vaincre ou sachons périr. Un Français doit vivre pour elle. Pour elle un Français doit mourir.
Page 38 - J'ai prédit que Clairon illustrerait la scène, Et mon espoir n'a point été déçu. Elle a couronné Melpomène, Melpomène lui rend ce qu'elle en a reçu.
Page 133 - Vous étiez ce que vous n'êtes plus. Vous n'étiez pas ce que vous êtes. Et vous aviez pour faire des conquêtes Et vous aviez ce que vous n'avez plus.
Page 15 - Quand vous traitez du haut en bas Le vengeur de la mélodie Vous avez l'air d'un fier-à-bras ; Et je trouve que vos débats Passent, ma foi, la raillerie. Mais tout cela n'empêche pas Que votre Armide ne m'ennuie. Votre style est plein d'embarras...
Page 30 - Et démontrer sans réplique Que Rome est le centre unique De l'excellente musique Aussi bien que de la foi. Oui, par malheur, voilà comme, De ce trio qu'on renomme, On veut nous prouver qu'en somme Un seul membre a de bons droits. Ventrebleu! cela m'assomme. Partageons plutôt la pomme : Pourquoi ne voir qu'un grand homme Où nous pouvons en voir trois?

Références issues de pages Web

SVM-info
[Hiel, E.: Aan Willem De Mol, in: Grégoir, E.: Bibliothèque musicale populaire, 3e vol., Brussel, 1879, p. 97]. Bron: Hiel, E.: Aan Willem De Mol, ...
www.svm.be/ bib/ detail.php?ID=440

Informations bibliographiques