Ny Minerva, Volume 17 (Livre numérique Google)

Couverture
J. F. Schultz., 1789
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 228 - ... quoique entamé , et une bouteille de vin dont l'aspect me réjouit le cœur plus que tout le reste. On joignit à cela une omelette assez épaisse, et je fis un dîner tel qu'autre qu'un piéton n'en connut jamais.
Page 228 - Je buvais ce lait avec délices et je mangeais ce pain, paille et tout; mais cela n'était pas fort restaurant pour un homme épuisé de fatigue. Ce paysan, qui m'examinait, jugea de la vérité de mon histoire par celle de mon appétit. Tout de suite, après...
Page 228 - Quand ce vint à payer, voilà son inquiétude et ses craintes qui le reprennent; il ne voulait point de mon argent, il le repoussait avec un trouble extraordinaire; et ce qu'il y avait de plaisant était que je ne pouvais imaginer de quoi il avait peur.
Page 228 - ... se douter quil ne mourut pas de faim. Tout ce qu'il me dit à ce sujet, et dont je n'avois pas la moindre idée, me fit une impression qui ne s'effacera jamais. Ce fut là le germe de cette haine inextinguible qui se développa depuis dans mon cœur contre les vexations qu'éprouve le malheureux peuple et contre ses opresseurs.
Page 227 - ... course inutile, las et mourant de soif et de faim, j'entrai chez un paysan, dont la maison n'avait pas belle apparence, mais c'était la seule que je visse aux environs. Je croyais que c'était comme à Genève ou en Suisse, où tous les habitants à leur aise sont en état d'exercer l'hospitalité. Je priai celui-ci de me donner à diner en payant. Il m'offrit du lait écrémé, et du gros pain d'orge, en me disant que c'était tout ce qu'il avait. Je buvais ce lait avec délices, et je mangeais...
Page 115 - Mémoires fur la campagne de 1788 en Suéde, par" le Prince Charles de Herte , b«r felgei f)oô 93og« ler 'profr o<) рал 3íbrfflff--U"ontoiret for 4 SKf.
Page 232 - De par le Roi, qu'on trouve ces 'vers, beaux, Signé Louis, & plus bas Philippeaux. .Oer forlangeS en, meb ïobene, 9)îennef!e{je&ena £Rettigf)eber i og -ipojfcrneéî фоШ ¡6 ooereenéficm« nienbe , grunbig og »elfïreoen ' 95eft>arelfe paa ©pergémaalet: í>üoroíbt ere biffe ^erfoner/ ber í)0ve til Un/ berfaatterne , font fot (£jr.

Informations bibliographiques