Les misérables, Volume 2 (Livre numérique Google)

Couverture
J. Hetzel et A. Lacroix, 1866 - 799 pages
77 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis des utilisateurs

5 étoiles
54
4 étoiles
13
3 étoiles
6
2 étoiles
3
1 étoile
1

Les Misérables, tome 2

Avis d'utilisateur  - Radigan - Babelio

Les Misérables, tome 2 par Victor Hugo Au début des misérables, chaque chapitre nous donne envie d'aller plus loin dans notre lecture, puis passé un certain temps de lecture, c'est chaque pages qui ... Consulter l'avis complet

Les Misérables, tome 1

Avis d'utilisateur  - Radigan - Babelio

Les Misérables, tome 1 par Victor Hugo Le plus beau roman que j'ai pu lire, tant sur le style que sur la construction, les détails qui jouent un rôle dans le mécanisme des événements, la traversée de ... Consulter l'avis complet

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 544 - Au . rebours de toute autre végétAtion, tout" rayon de jour y tue ce qu'il touche. Aussi l'argot va-t-il se décomposant et se recomposant sans cesse ; travail obscur et rapide qui ne s'arrête jamais. Il fait plus de chemin en dix ans que la langue en dix siècles. Ainsi le larton* devient le lartif; le gail...
Page 688 - Quel est son intestin? c'est son égout. Vingt-cinq millions, c'est le plus modéré des chiffres approximatifs que donnent les évaluations de la science spéciale. > La science, après avoir longtemps tâtonné, sait aujourd'hui que le plus fécondant et le plus efficace des engrais, c'est l'engrais humain. Les chinois, disons-le à notre honte, le savaient avant nous. Pas un paysan chinois, c'est...
Page 486 - Rien n'est petit en effet ; quiconque est sujet aux pénétrations profondes de la nature, le sait. Bien qu'aucune satisfaction absolue ne soit donnée à la philosophie, pas plus de circonscrire la cause que de limiter l'effet, le contemplateur tombe dans des extases sans fond à cause de toutes ces décompositions de forces aboutissant à l'unité. Tout travaille à tout. L'algèbre s'applique aux nuages ; l'irradiation de l'astre profite à la rose ; aucun penseur n'oserait dire que le parfum...
Page 678 - Dieu est peut-être mort, disait un jour à celui qui écrit ces lignes Gérard de Nerval, confondant le progrès avec Dieu, et prenant l'interruption du mouvement pour la mort de l'Être.
Page 668 - On eût dit le nain invulnérable de la mêlée. Les balles couraient après lui, il était plus leste qu'elles. Il jouait on ne sait quel effrayant jeu de cache-cache avec la mort; chaque fois que la face camarde du spectre s'approchait, le gamin lui donnait une pichenette.
Page 525 - C'était un éléphant de quarante pieds de haut, construit en charpente et en maçonnerie, portant sur son dos sa tour qui ressemblait à une maison, jadis peint en vert par un badigeonneur quelconque, maintenant peint en noir par le ciel, la pluie et le temps. Dans cet angle désert et découvert de la place, le large front du colosse, sa trompe, ses défenses, sa tour, sa croupe énorme, ses quatre pieds pareils à des colonnes faisaient, la nuit, sur le ciel étoilé, une silhouette surprenante...
Page 485 - Les arbres s'étaient baissés vers les ronces , les ronces étaient montées vers les arbres, la plante avait grimpé , la branche avait fléchi , ce qui rampe sur la terre...
Page 667 - Au moment où Gavroche débarrassait de ses cartouches un sergent gisant près d'une borne, une balle frappa le cadavre. — Fichtre ! fit Gavroche. Voilà qu'on me tue mes morts. Une deuxième balle fit étinceler le pavé à côté de lui.
Page 670 - ... papillons blancs de mai. Les platanes faisaient peau neuve. La brise creusait des ondulations dans l'énormité magnifique des marronniers. C'était splendide. Un vétéran de la caserne voisine qui regardait à travers la grille disait : Voilà le printemps au port d'armes et en grande tenue. Toute la nature déjeunait; la création était à table; c'était l'heure; la grande nappe bleue était mise au ciel et la grande nappe verte sur la terre ; le soleil éclairait à giorno. Dieu servait...
Page 453 - ... de flanelle et le coucher bien vite, imposer la diète à cet excès de santé, mettre Hercule en traitement de convalescence, délayer l'événement dans l'expédient, offrir aux esprits altérés d'idéal ce nectar étendu de tisane, prendre ses précautions contre le trop de réussite, garnir la révolution d'un abat-jour.

Informations bibliographiques