OEuvres complètes de Voltaire: Siècle de Louis XIV (cont'd) Précis du siècle de Louis XV. Histoire du parlement. 1878 (Livre numérique Google)

Couverture
Garnier frères, 1878
1 Commentaire
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Pages sélectionnées

Table des matières

Du parlement dans la minorité de Charles VIII et comment il
481
Ch ap XIII Du parlement sous Louis XII
483
Des grands changements faits sous Louis XII trop négligés par la plupart des historiens
484
Comment le parlement se conduisit dans laffaire du concordat
487
Du Jugement de Charles duc de Bourbon pair grand ebam brier et connétable de France
490
De lassemblée dans la grandsalle du palais à loccasion du duol entre CharlesQuint et François 1
493
Des supplices infligés aux protestants des massacres de Mérindol et de Cabrières et du parlement de Provence jugé criminellement par le parlement de...
497
Du parlement sous Henri II
501
Du supplice dAnne Dubourg
502
De la conjuration dAmboise et de la condamnation à mort de Louis de Bourbon prince de Condé
507
Des premiers troubles sous la régence de Catherine de Médicis
510
Du chancelier de LHospital De lassassinat de François de Guise
514
De la majorité de Charles IX et de ses suites
517
De lintroduction des jésuites en France
519
Du chancelier de LHospital et de ses lois
520
Suite des guerres civiles Retraite du chancelier de LHos pital Journée de la SaintBarthélemy Conduite du parlement
523
Seconde régence de Catherine de Médicis Premiers états de Blois Empoisonnement de Henri de Condé Lettre de Henri IV etc
530
Assassinat des Guises Procès criminel commencé contre le roi Henri III
534
Avertis sèment au procès
537
Parlement traîné à la Bastille par les factieux Décret
539
Le royaume démembré Le seul parlement séant auprès
547
Henri IV reconnu dans Paris
555
VII Assemblée de Rouen Administration des finances
563
Mort de lempereur Charles VI La succession de la maison dAutriche
581

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 55 - Les meilleures comédies de Molière n'ont pas plus de sel que les premières Lettres provinciales : Bossuet n'a rien de plus sublime que les dernières.
Page 120 - Pour mériter son cœur, pour plaire à ses beaux yeux J'ai fait la guerre aux rois ; je l'aurais faite aux dieux.
Page 99 - ... de lettres, à titre d'homme de lettres. Il ya eu de plus grands poètes que Voltaire; il n'y en eut jamais de si bien récompensés, parce que le goût ne met jamais de bornes à ses récompenses.
Page 214 - Abandonnée de mes amis, persécutée par mes ennemis, attaquée par mes plus proches parents , je n'ai de ressources que dans votre fidélité , dans votre courage et dans ma constance; je mets en vos mains la fille et le fils de vos rois, qui attendent de vous leur salut.
Page 228 - Votre Excellence est trop instruite de tout ce qui se passe pour ne pas deviner celui qui mit tout en œuvre pour déterminer le roi à entrer dans une ligue qui était si contraire à mon goût et à mes principes. » Pour toute réponse, la reine de Hongrie fit imprimer la lettre du cardinal de Fleury.
Page 80 - L'archevêque de Cambrai (qui le croirait!) parodia ainsi un air de Lulli : Jeune, j'étais trop sage, Et voulais trop savoir : Je ne veux en partage * Que badinage, Et touche au dernier âge Sans rien prévoir.
Page 136 - Et , s'il ne m'est permis de le dire au papier, J'irai creuser la terre, et, comme ce barbier, Faire dire aux roseaux par un nouvel organe : « Midas , le roi Midas a des oreilles d'âne.
Page 251 - Le danger du roi se répand dans Paris, au milieu de la nuit ; on se lève, tout le monde court en tumulte sans savoir où l'on va. Les églises s'ouvrent en pleine nuit : on ne connaît plus le temps ni du sommeil , ni de la veille, ni du repos.
Page 424 - frappé; qu'on l'arrête, et qu'on ne lui fasse pas de « mal '. » Tandis que tout le monde était saisi d'effroi et d'horreur, qu'on portait le roi dans son lit, qu'on cherchait les chirurgiens, qu'on ignorait si la blessure était mortelle, si le couteau était empoisonné , le parricide répéta plusieurs fois : « Qu'on prenne garde à «monseigneur le dauphin, qu'il ne sorte pas de la
Page 361 - Cadix; les beaux arts étaient partout en honneur; on voyait entre toutes les nations une correspondance mutuelle ; l'Europe ressemblait à une grande famille réunie après ses différens.

Informations bibliographiques