La langue verte: dictionnaire d'argot et des principales locutions populaires (Livre numérique Google)

Couverture
P. Arnould, 1894 - 186 pages
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Livres sur des sujets connexes

Pages sélectionnées

Table des matières


Fréquemment cités

Page 193 - This preservation photocopy was made and hand bound at BookLab, Inc. in compliance with copyright law. The paper, Weyerhaeuser Cougar Opaque Natural, meets the requirements of ANSI/NISO Z39.48-1992 (Permanence of Paper).
Page 61 - ... pas moins injuste de repousser sous ce prétexte , un grand nombre de ces expressions vives, caractéristiques, indispensables, dont le génie fait de temps en temps présent aux langues. Il n'appartient à personne d'arrêter irrévocablement les limites d'une langue, et de marquer le point où il devient impossible de rien ajouter à ses richesses.
Page 50 - ... a priori, puisque nous connaissons presque toutes les conditions de la vie de l'argot. Mais ce n'est pas ainsi que nous sommes arrivés aux idées générales. Chaque mot produit un mot : c'est d'abord un doublet artificiel. Ce doublet produit une métaphore; celle-ci, un synonyme. La métaphore fait jaillir parfois autour d'elle une pluie de synonymes, comme les champignons qui éclatent en projetant une nuée de spores destinée à perpétuer leur espèce.
Page 14 - ... avec les cagous, ne voulant pas permettre un si grand malheur. Mais on a été contraint d'admettre les susdits doubleux en la monarchie, excepté les sabrieux qu'on n'a pas voulu recevoir : tellement que, pour être parfait argotier, il faut savoir le jargon de blèches et merciers, la truche comme les gueux, et la subtilité des coupeurs de bourse.
Page 53 - ... du sondeur. Certes, aller chercher dans les bas-fonds de l'ordre social, là où la terre finit et où la boue commence, fouiller dans ces vagues épaisses, poursuivre, saisir et jeter tout palpitant sur le pavé cet idiome abject qui ruisselle de fange ainsi tiré au jour, ce vocabulaire pustuleux dont chaque mot semble un anneau immonde d'un monstre de la vase et des ténèbres, ce n'est ni une tâche attrayante ni une tâche aisée.
Page 50 - Le mot marmite™ (femme) défiguré au point de vue morphologique donne f marmotte. Le suffixe ite a cédé la place à ote . Le nouveau sens obtenu n'a certainement pas été défavorable à cette transformation. Marmotte représentant une nouvelle idée donne par dérivation synonymique -f taupe. Dans la série parallèle, marmite, considéré au point de vue métaphorique, donne par dérivation synonymique f poêlon et f casserole 26 . Bonneteau ne donne qu'une série.
Page 33 - Zerver, crier ou pleurer. cagous bient en la province qui leur a été ordonnée, et emmènent avec sezières leurs apprentis, pour leur apprendre et exercer l'argot. Premièrement, leur enseignent à aquiger de l'amadoue de plusieurs sortes, l'une avec de l'herbe qu'on nomme éclaire, pour servir aux francs-mijoux, l'autre avec du coulant, du sang et un peu de graisse , pour servir aux malingreux et aux piètres. Après, ils leur enseignent à aquiger certaines graisses pour empêcher que les hubins...
Page 10 - ... manière suivante, par Ollivier Chereau, dans le langage de l'argot reformé, dont la première édition date de 1617 au plus tôt et de 1626 au plus tard : « II arriva que plusieurs merciers mangerent leurs baies, néanmoins ne laisserent pas d'aller aux susdites foires (du Poitou) où ils trouverent grande quantité de pauvres gueux, desquels ils s'accosterent, et leur apprirent leur langage et ceremonie, les gueux, reciproquement, leur enseignerent charitablement à mendier. » C'est l'histoire...
Page 47 - Or la cour des Miracles était divisée en quatre sections : Egypte, Boëme, Argot, Galilée. Le rapprochement de ces noms de pays orientaux suggère l'explication d'Argot par Arabie. Le mot n'est pas autrement fait que Saint-Lago pour Saint-Lazare •'•
Page 32 - ... dit que la monarchie d'argot remontait à la destruction de Troie, le dignitaire de la Confrérie des Gueux ajoute : « Elle fut gourdement (considérablement) augmentée du temps d'Attila, dasbuche (roi) des Gots ; car il y eut de ces narquois (soldats) qui, ennuyez de la grive (guerre), se prirent à trucher (mendier), ballader (danser), et faire jouer la mine et autres subtilitez que l'on nomma l'art des Gots, d'où est venu le mot argotiers.

Informations bibliographiques