L'anthropologie criminelle et les nouvelles théories du crime (Livre numérique Google)

Couverture
Société d'éditions scientifiques, 1893 - 242 pages
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Livres sur des sujets connexes

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 272 - DELAY de l'Académie française et de l'Académie de médecine, professeur à la Faculté de médecine de Paris P. DEMIÉVILLE membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France A. FESSARD membre de l'Institut et de l'Académie de médecine, professeur au Collège de France A.-J.
Page 71 - Le milieu social est le bouillon de culture de la criminalité; le microbe, c'est le criminel, un élément qui n'a d'importance que le jour où il trouve le bouillon qui le fait fermenter.
Page 196 - CRIMINELLE 197 de la personne qui l'a endormi. Il ne voit que ce que celle-ci veut qu'il voie, ne sent que ce qu'elle lui dit de sentir, ne croit que ce qu'elle veut qu'il croie. Toute spontanéité a disparu ; une volonté étrangère a comme...
Page 259 - R.), professeur agrégé à la Faculté de médecine de Paris, secrétaire général de la Société zoologique de France. — Histoire zoologique et médicale des Téniadés du genre Hymeuolepls Weinland. In-8
Page 145 - ... en plus à être persuadé que leur attentat doit être considéré à l'égal de celui des meurtriers ou des assassins. Comme ces derniers, les suicidés sont des vaniteux, des égoïstes; ils ont des instincts anti-sociaux. La société ne peut se perfectionner et devenir meilleure que par une heureuse sélection des natures supérieures et sympathiques. Elle voit sans regret spontanément disparaître celles qui sont retardées, égoïstes , dépourvues des qualités généreuses et bienveillantes...
Page 75 - Gautier, est un vrai cloaque épanchant dans la société un flot continu de purulences et de germes de contagion physiologique et morale. Elle empoisonne, abrutit, déprime et corrompt. C'est à la fois une fabrique de phthisiques, de fous et de criminels.
Page 125 - Lombrosoa examiné 122 femmes criminelles. Il a constaté chez elles que les caractères suivants se retrouvaient avec une remarquable fréquence : le prognathisme, l'œil sinistre et oblique, la saillie des pommettes, la virilité de la physionomie, la pélurie, les lèvres minces. Les sinus frontaux, les oreilles en anses, le strabisme, les dents anormales et la physionomie mongole se rencontrent moins fréquemment chez les femmes que chez les hommes criminels. Mais ce qui, pour Lombroso, distingue...
Page 51 - Le crime chez les sauvages, dit Lombroso, n'est plus une exception, mais la règle presque générale. Aussi n'y est-il considéré par personne comme un crime et se confond-il dans ses origines avec les actions les moins criminelles.
Page 69 - L'idée féminine de jeter du vitriol au visage de son amant est toute parisienne; c'est la veuve Gras qui, en 1875, a eu l'honneur de cette invention ou plutôt de cette réinvention...
Page 52 - ... certaines formes qui, dans un adulte, sont des monstruosités ; si bien que l'enfant représenterait un homme privé du sens moral, ce que les aliénistes appellent un fou moral, et nous un criminel-né...

Informations bibliographiques