Le jargon du xve siècle: étude philologique. Onze ballades en jargon attribuées à F. Villon précédées d'un discours sur l'organisation des gueux et l'origine du jargon et suivies d'un vocabulaire analytique du jargon par A. Vitu (Livre numérique Google)

Couverture
1884
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Livres sur des sujets connexes

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 11 - Sauval, prend quelquefois le nom de roi de Thunes, à cause d'un scélérat appelé de la sorte, qui fut roi trois ans de suite, et qui se faisait traîner par deux grands chiens dans une petite charrette, et mourut à Bordeaux sur une roue.
Page 276 - En son eage virile espousa Gargamelle, fille du roy des Parpaillos, belle gouge et de bonne troigne, et faisoient eux deux souvent ensemble la beste à deux doz, joyeusement se frotans leur lard, tant qu'elle engroissa d'un beau filz et le porta jusques à l'unziesme moys.
Page 63 - XV' siècle, pp, 64 et suiv. La première notion authentique et historique de l'existence du Jargon remonte à 1426. « Lequel Nobis dist au suppliant qu'il allast avecques lui en l'ostel ou pend l'enseigne des petits Soliers près de l'ostel archiepiscopal de Rouen, et que il avoit trouvé son homme ou la duppe, qui est leur maniere de parler, et que ils nomment jargon, quand ilz trouvent aucun fol ou innocent qu'ilz veullent decepvoir par jeu ou jeux et avoir son argent.
Page 371 - Qu'enclaus ne soiez deux a deux : Eschec, eschec pour le fardis ! Plantez aux hurmes vos picons. De paour des bisans si très durs. Et aussi d'estre sur les joncs, Enmalés en coffre, en gros murs; Escharicez, ne soiez durs.
Page 251 - Élien avait déjà raconté que le propriétaire d'un mur, dans lequel une huppe avait fait son nid , ayant fait boucher avec des pierres le trou par lequel elle pouvait entrer, l'oiseau alla chercher une herbe devant laquelle l'obstacle tomba sur-le-champ.
Page 287 - Bail. I. L'un et l'autre sens conviennent aux pendus, qui prennent leur essor au haut de l'échelle, et qui sèchent au vent. En terme de blason, l'oiseau essorant est celui qui est peint étendant les ailes pour s'envoler. Trévoux. Or pot cil son roucin ploreir Et metre la pel essoreir. RUT. I, 290. Quant commencera}' à voler Et sur ailes me sentiray, En si grant aise je seray Que j'ay doubte de m'essorer.
Page 81 - ... pulling from underneath, hears the thick choke he has heard more than once on an execution day, sees the convulsions and the twitching. He counterfeits in the darkness the final grimace, la moe, out of which he made a few good jokes in a Ballade of the Jargon a year or so ago. Prince, qui n'a bauderie Pour eschever de la soe, Danger de grup en arderie Fait aux sires faire la moe I Brrr ! He will soon know all about the halle-grup himself now.
Page 151 - En comparant l'office de nos sergens ou de nos huissiers à celui des Intelligences spirituelles qui, dans l'Ecriture, annoncent à la terre les ordres du ciel, on a désigné et l'on désigne encore dans quelques provinces un sergent, un huissier, par le mot ange...
Page 14 - Le coesincloticr existe encore de fait et de nom; nos rues, nos boulevards sont pleins de camelotiers ou casnclots, qui vendent diverses marchandises, lesquelles sont toujours de la camelote. Ces trois derniers mots figurent dans nos dictionnaires modernes, qui les tirent du latin camelus, chameau. Cette étymologie ne me satisfait pas, et je vais motiver mon doute. Littré définit le camelot une étoffe de poil ou de laine, mêlée quelquefois de soie en chaîne; puis, à l'étymologie, il adopte...
Page 54 - ... qui signifie un fainéant, qui mène une vie oisive, qui n'a ni travail ni métier; que de ce mot grec, qui convient si bien à cette sorte de gens, on a appelé argot le jargon qu'ils parlent entre eux, de même que nous disons l'esclavon, l'espagnol, pour exprimer la langue que les Esclavons et les Espagnols parlent.

Informations bibliographiques