Empirisme et le rationalisme (Livre numérique Google)

Couverture
A. Durand, 1864 - 368 pages
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 276 - Le premier était de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle ; c'est-à-dire d'éviter soigneusement la précipitation et la prévention , et de ne comprendre rien de plus en mes jugements que ce qui se présenterait si clairement et si distinctement à mon esprit que je n'eusse aucune occasion de le mettre en doute.
Page 290 - ... traiter des corps. Mais il ne suffit pas de recueillir des faits; il faut, autant qu'il est possible , les disposer dans un ordre qui, montrant le rapport des effets aux causes, forme un système d'une suite d'observations. Vous comprenez donc que l'évidence de fait doit toujours être accompagnée de l'évidence de raison. Celle-là donne les choses qui ont été observées , celle-ci fait voir par quelles lois elles naissent les unes des autres. Il serait donc bien inutile d'entreprendre de...
Page 228 - ... et comme nous n'apprenons point à vouloir notre bien et à fuir notre mal , mais que nous tenons cette volonté de la nature , de même l'amour du bon et la haine du mauvais nous sont aussi naturels que l'amour de nous-mêmes.
Page 176 - In human works, though labour'd on with pain, A thousand movements scarce one purpose gain; In God's, one single can its end produce; Yet serves to second too, some other use.
Page 228 - Les actes de la conscience ne sont pas des jugements, mais des sentiments. Quoique toutes nos idées nous viennent du dehors, les sentiments qui les apprécient sont au-dedans de nous, et c'est par eux seuls que nous connaissons la convenance ou disconvenance qui existe entre nous et les choses que nous devons rechercher ou fuir.
Page 347 - ... on puisse lui reprocher des erreurs , Charles Bonnet , fut un grand naturaliste autant qu'un grand métaphysicien. Il a fait plusieurs applications directes de ses connaissances anatomiques à la psychologie; et si, dans ces applications , il n'a pas été toujours également heureux, il a du moins fait sentir plus nettement cette étroite connexion entre les connaissances relatives à la structure des organes et celles qui se rapportent aux opérations les plus nobles qu'ils exécutent.
Page 226 - L'ancien paganisme enfanta des dieux abominables, qu'on eût punis ici-bas comme des scélérats, et qui n'offraient pour tableau du bonheur suprême que des forfaits à commettre et des passions à contenter. Mais le vice armé d'une autorité sacrée descendait en vain du séjour éternel, l'instinct moral le repoussait du cœur des humains.
Page 269 - La philosophie démontre qu'il ya dans l'homme un principe qui ne peut périr. Mais que ce principe reparaisse dans un autre monde avec le même ordre de facultés et les mêmes lois qu'il avait dans celuici ; qu'il y porte les conséquences des bonnes et des mauvaises actions qu'il a pu commettre...
Page 75 - <>£• oublier beaucoup de choses frivoles qu'on nous " a apprises; à apprendre des choses utiles qu'on croit nous avoir enseignées; et à étudier les plus nécessaires, sur lesquelles on n'a pas songé à nous donner des leçons.
Page 312 - D'un autre côté, je suis remonté à la perception, parce que c'est la première opération qu'on peut remarquer dans l'âme; et j'ai fait voir comment et dans quel ordre elle produit toutes celles dont nous pouvons acquérir l'exercice.

Informations bibliographiques