Nouveau siécle de Louis XIV, ou, Poésies - anecdotes du régne et de la cour de ce prince, Volume 2 (Livre numérique Google)

Couverture
F. Buisson, 1793
0 Avis
  

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Livres sur des sujets connexes

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 7 - Vous n'avez pas chez vous ce brillant équipage, Cette foule de gens qui s'en vont chaque jour Saluer à longs flots le soleil de la cour : Mais la faveur du ciel vous donne en récompense Du repos, du loisir, de l'ombre et du silence, Un tranquille sommeil, d'innocents entretiens ; Et jamais à la cour on ne trouve ces biens.
Page 6 - II ne regarde pas ce qu'il laisse en arrière ; Et tout ce vain amour des grandeurs et du bruit Ne le saurait quitter qu'après l'avoir détruit.
Page 14 - Fantôme révéré sous un titre onéreux; Vois combien des grandeurs le comble est dangereux ; Contemple de Fouquet les funestes reliques, Et, tandis qu'à sa perte en secret tu t'appliques, Crains qu.on ne te prépare un destin plus affreux : Sa chute quelque jour te peut être commune.
Page 88 - Mais un roi vraiment roi , qui , sage en ses projets, Sache en un calme heureux maintenir ses sujets ; Qui du bonheur public ait cimenté sa gloire , II faut , pour le trouver, courir toute l'histoire.
Page 90 - J'entends déjà frémir les deux mers étonnées De voir leurs flots unis au pied des Pyrénées s. Déjà de tous côtés la chicane aux abois S'enfuit au seul aspect de tes nouvelles lois 6.
Page 378 - Vous êtes abattu pour peu de chose ; on « voit bien que vous êtes trop accoutumé à de bons « succès. Pour moi, qui me souviens d'avoir vu les « troupes espagnoles dans Paris, je ne m'abats pas si
Page 91 - Pour t'immortaliser tu fais de vains efforts. Apollon te la doit : ouvre-lui tes trésors. En poètes fameux rends nos climats fertiles : Un Auguste aisément peut faire des Virgiles.
Page 7 - C'est par là que les rois sont semblables aux dieux. Du magnanime Henri qu'il contemple la vie : Dès qu'il put se venger, il en perdit l'envie. Inspirez à Louis cette même douceur : La plus belle victoire est de vaincre son cœur. Oronte est à présent un objet de clémence : S'il a cru les conseils d'une aveugle puissance , II est assez puni par son sort rigoureux ; Et c'est être innocent que d'être malheureux.
Page 240 - ... les états à la cour pour en être d'autant plus considérés et approchés des récompenses. Les intendants des provinces se distinguèrent à l'envi à les seconder, eux et les dragons, et à se faire valoir aussi à la cour par leurs listes. Le très peu de gouverneurs et de lieutenants généraux...
Page 90 - C'est par toi qu'on va voir les muses enrichies De leur longue disette à jamais affranchies. Grand roi , poursuis toujours ; assure leur repos. Sans elles un héros n'est pas longtemps héros : Bientôt , quoi qu'il ait fait , la mort , d'une ombre noire , Enveloppe avec lui son nom et son histoire.

Références issues de pages Web

[Sautreau de Marsy, cs; Noel, F.:] Nouveau Siècle de Loúis XIV. ou ...
[Sautreau de Marsy, cs; Noel, F.:] Nouveau Siècle de Loúis XIV. ou Poésies-Anecdotes du Regne et de la Cour de ce Prince, avec des Notes historiques. ...
zs.thulb.uni-jena.de/ receive/ jportal_jparticle_00010173

[Sautreau de Marsy, cs; Noel, F.:] Nouveau Siècle de Loúis XIV. ou ...
[Sautreau de Marsy, cs; Noel, F.:] Nouveau Siècle de Loúis XIV. ou Poésies-Anecdotes du Regne et de la Cour de ce Prince, avec des Notes historiques et des ...
zs.thulb.uni-jena.de/ receive/ jportal_jparticle_00010173?XSL.Style=xmlexport

Informations bibliographiques