Écrire: à l'heure du tout-message

Couverture
Flammarion, 2013 - 294 pages
2 Avis
Une part croissante de notre vie semble vouée à envoyer et à recevoir des messages – mails, textos, tweets, appels... Cette omniprésence bouleverse aussi bien les relations intimes que les modalités d'accès à la sphère publique. Cette dernière s'en trouve aussi transformée, au point qu'on peine à démêler l'ouverture à de nouvelles libertés de la menace induite par cette « visibilité » constante. Pour faire la part du feu, il faut donc tenter de restituer cette métamorphose de nos instruments de communication et d'écriture dans une histoire longue, celle qui a vu le remplacement du messager physique (dont le facteur est aujourd'hui la dernière incarnation) par les messageries et les échanges instantanés. Qu'est-ce qui se joue dans cette dématérialisation et cette démultiplication des messages ? Si la science du XXe siècle nous a incités à voir des messages partout, dans nos gènes (ADN), dans notre activité vitale elle-même, qui serait une suite d'informations échangées avec notre milieu, ne faut-il pas plutôt réserver le concept de message à une forme d'expression adressée à autrui ? Dans l'océan des pseudo-messages, il nous incombe alors de détacher de tous ces « contacts » la valeur d'une relation singulière : tel est l'enjeu de cette philosophie.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Ecrire : A l'heure du tout-message

Avis d'utilisateur  - Histoiredenlire - Babelio

Ecrire : A l'heure du tout-message par Jean-Claude Monod Jean-Claude Monod a choisi d'étudier les messages, tant dans le fond que dans la forme. Il aurait pu faire un "simple historique" mais avec ... Consulter l'avis complet

Ecrire : A l'heure du tout-message

Avis d'utilisateur  - Marquise_de_Miaoucha - Babelio

Ecrire : A l'heure du tout-message par Jean-Claude Monod Livre reçu dans le cadre de l'opération Masse Critique. Je remercie la maison d'édition et Babelio pour cette opportunité de lecture. Jean ... Consulter l'avis complet

Informations bibliographiques