Avant les dieux, la Mère universelle

Couverture
Alphée, 2006 - 442 pages
L'auteure s'intéresse aux divinités féminines dont le culte était structuré autour de celui de la déesse mère, créatrice, protectrice et nourricière, révélées par les mythes de l'ancienne Sumer. Cette culture fut attaquée, à partir de la fin de l'âge du bronze, par le nouvel ordre patriarcal qui finit par imposer ses dieux. Une relecture des mythes fondateurs.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Un ouvrage qui met à la porté du plus grand nombre des textes et surtout des traductions qui sont censurés d'un point de vue information dans notre société pour ne pas perturber l'ordre établi.
Très bon travail bien référencé et bien argumenté avec des extraits permettant de bien comprendre l'analyse des textes sumériens/akkadiens (Un travail à la hauteur de l'ouvrage "Le pacte de NADJD" de Hamadi REDISSI).
C'est un bon équivalent à une thèse.
C'est vraiment un travail qui permet de comprendre l'origine historique de nos civilisations d'un point de vue théologique et social.
De comprendre ce qu'est cette fameuse culture païenne que nos livres théologiques condamnent.
Au travers de l'analyse d'épopées sumériennes du mésolithique qui ont évolués en mythe dans la période du néolithique, Françoise Gange nous fait découvrir le sens logique de notre culture judéo/chretienno/musulmane avec le lien sur le monde antique des grecs et des romains.
L'angle d'approche est un partie pris, sur le culte à la Mère Universelles, plus journaliste qu'un traitement d'une thèse.
Sur ses conclusions vers la fin du livre je regrette son expression anti-laïque qui manque d'objectivité et pourrait-être assimiler à ce qu'elle dénonce dans l'ouvrage sur les hommes et leur organisation patriarcale.
Et je trouve dommage qu'elle n'ai pas poussé sa réflexion plus sur la famille, le travail collaboratif et le partage, qu'elle attribue à la femme.
Et même sur les évolutions d'une propriété collective familiale qui c'est transformée en une propriété individualisée par l'organisation patriarcale.
Malgré ses quelques défauts de partis pris (propre à ses convictions religieuses), qui pour moi parfois manquent d'objectivité et d'analyses logiques sur leurs expressions, c'est un ouvrage de référence sur l'histoire de l'humanité.
 

Informations bibliographiques