Chez les sauvages: dix-sept ans de la vie d'un mousse vendéen dans une tribu cannibale, 1858-1875

Couverture
Cosmopole, 2002 - 167 pages
1 Commentaire
Engagé comme mousse à l'age de douze ans, Narcisse Pelletier, jeune Vendéen de Saint-Gilles-sur-Vie décide de tenter l'aventure à bord du trois mâts le Saint-Paul. Le 5 janvier 1858, après un naufrage meurtrier sur les récifs de l'île Rossel, puis une fuite en chaloupe vers l'Australie, Narcisse âgé d'à peine quinze ans est abandonné par ses compagnons d'infortune sur les terres d'Endeavour. Seul et perdu dans cette région encore inexplorée, il doit la vie à une tribu aborigène qui va l'adopter. Narcisse devient Amglo, fils du chef Maademan, membre de la tribu des Ohantaalas. Il mènera pendant dix-sept ans une vie sauvage, oubliera sa langue maternelle et son enfance en Vendée jusqu'un jour de 1875, où un navire anglais de passage enlève ce " primitif blanc " pour le mener à Sidney, vers la civilisation. Identifié, il est escorté jusqu'en France où il renoue peu à peu avec ses origines. De retour à Saint-Gilles, il livrera un témoignage précieux sur sa vie Chez les Sauvages. Le dossier rédigé par Philippe Pécot, retrace la vie de Narcisse Pelletier après son retour en Vendée. Il comprend également : des extraits d'un récit de voyage chez les tribus cannibales du Nord-Est de l'Australie, rédigé par l'explorateur Carl Lumholtz en 1888, peu après le passage de Narcisse Pelletier ; la relation du naufrage du Saint-Paul, publiée en 1858, dans la revue Le Tour du Monde. Un cahier d'illustrations et de cartes viennent compléter ces documents.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Il ne faisait pas bon de se retrouver naufragé au nord de l'Australie à la fin du 19 ème siècle :risque majeur de terminer dans l'estomac de cannibales !!!!
Témoignage poignant et précieux .

Informations bibliographiques