Déconstruction du christianisme: La déclosion

Couverture
Galilée, 2005 - 230 pages
" Le sens du monde est hors du monde ", écrit Wittgenstein. Mais il faut ajouter que ce " dehors " est enveloppé au-dedans du monde. Il l'ouvre en lui-même. Il l'ouvre à ce qui ne se laisse pas capter comme " sens " et qui pourtant fait signe - signal, clin d'œil, Wink, invite - vers ceci précisément que, dans la vérité, le sens s'échappe. " Ceci " a longtemps reçu un nom divin. On ne propose pourtant ici aucun retour à la religion. On souligne au contraire que la raison exige à toute force et toutes affaires cessantes ce que Kant nommait l'inconditionné et que le nom divin masquait en le nommant pourtant en le dé-nommant. On indique ainsi que la " clôture de la métaphysique ", dont le christianisme est censé avoir formé le plus lourd verrouillage, n'est pas aussi hermétiquement close qu'elle le paraît, et qu'il importe d'en entamer la déclosion. Déclore l'une envers l'autre philosophie et foi, l'une et l'autre outrepassant la religion désormais plus que close : éteinte malgré ses cendres réchauffées. Exiger que les Lumières soient menées plus loin jusqu'au point où l'obscur luit de sa clarté propre. Sous un christianisme démonté de fond en comble, tenter de repérer la trace de l'énergie qui en est venue à manquer à la raison.

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques