Déesses et paillassons: les grands nus de Picasso

Couverture
Presses universitaires de Vincennes, 2009 - 184 pages
Pour Picasso, il n'y avait que deux sortes de femmes, déesse ou paillasson. Au-delà de la misogynie et de la provocation, le propos renvoie à une tension, que montre l'oeuvre, entre deux pôles dans la représentation du corps féminin : attraction et rejet, beauté et laideur, réalisme et acharnement pictural... Le conflit se noue à différents niveaux : celui d'une confrontation avec quelques mythes structurants (Vénus, Méduse, Baubô), celui d'une rencontre avec l'histoire de l'art (Rembrandt, Goya, Ingres, Manet, Courbet, entre autres), celui d'un corps à corps avec l'image peinte. Ici, au risque de s'y perdre, l'auteur choisit de rester au plus près de la toile, d'en explorer les détails, d'en chercher les moindres craquelures pour observer comment le corps féminin devient peinture.

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Introduction
7
Le Bordel philosophique
15
La Danse et le Baiser
21
Droits d'auteur

13 autres sections non affichées

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques