Donner, recevoir, rendre: L'erreur de Cook - Anthropologie du délire occidental

Couverture
Editions Modulaires Européennes InterCommunication SPRL, 2010 - 386 pages
S'il est vrai que " personne n'a encore vu naître devant lui morale, dieux ou langage " (dixit Benjamin Fondane), il n'en est pas moins vrai que nous voyons chaque jour périr ce qui fait le fondement de la fonction symbolique immanente à l'humanité. La pratique du don, " un des rocs humains sur lesquels sont bâties nos sociétés ", consiste à établir une relation (symbolon, symbole) et non à conclure un échange : telle est la leçon de Marcel Mauss et de Malinowski. Le don, la triple obligation de donner, de recevoir et de rendre, met en acte la structure même de la parole dans sa diachronie, dans sa responsabilité. Elle définit le sujet comme lié à la circulation de certains symboles (dépourvus de toute valeur mercantile) et non à la conscience de soi, à " l'impérialisme du Moi "(Levinas). En inventant le concept de don, Mauss a su opposer au sujet du Marché, ainsi qu'au sujet transcendantal de la philosophie et de la science, un être articulé en trois temps, un être social relié à l'Autre et au monde, distinct de l'ego conçu par les philosophes, les psychologues et les théologiens.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Informations bibliographiques