Essai d'une faune historique des mammifères sauvages de l'Alsace

Couverture
Eugène Barth, 1871 - 422 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 277 - L'on s'en rend maître, comme des cerfs, au moyen de lacs. Quand on parvient à les apprivoiser et à les dompter, ce qui est un travail long et difficile, on obtient des chevaux de la meilleure qualité ; semblables aux chevaux espagnols et turcs sous plusieurs points de vue, ils leur sont supérieurs par la vigueur du tempérament, la dureté des mœurs et la frugalité ; ils résistent aux froids les plus violents et se contentent des fourrages les plus grossiers. Leur marche est sûre, leur pied...
Page 85 - Nos magistrats ont bien connu ce mystère. Leurs robes rouges , leurs hermines dont ils s'emmaillottent en chats fourrés, les palais où ils jugent, les fleurs de lis, tout cet appareil auguste était fort nécessaire : et si les médecins n'avaient des soutanes et des mules, et que les docteurs...
Page 399 - Tous les deux ayant été confrontés eu présence du roi, et Chaudon soutenant qu'il ne s'était nullement permis l'action dont on l'accusait, le roi ordonne le combat : le chambellan présente son neveu pour combattre à sa place. Tous deux se rendirent sur le champ, et le jeune homme ayant poussé sa lance contre le garde des forêts...
Page 290 - ... sont un peu plus grands ; ils ont la peau mouchetée, ne portent point de cornes, et leurs jambes n'ont ni jointures ni articulations. Ils ne se couchent point pour dormir; et quand ils tombent, ils ne peuvent ni se soulever ni se remettre debout. Les arbres leur servent à se gîter; ils s'y appuient en se penchant un peu, et c'est ainsi qu'ils dorment. Quand les chasseurs ont reconnu à l'empreinte de leurs pieds l'endroit où ils ont leur repaire , ils déracinent tous les arbres ou les scient...
Page 318 - Des restes démantelés de ces magnifiques forêts se voient aussi sur les flancs de la vallée de la Thur , de celle de la Vologne , de Plancher, d'Andlau.
Page 276 - Ils se tiennent dans les forêts et les montagnes, pourvoyant euxmêmes à leur entretien, se reproduisant et se multipliant par toutes les saisons. En hiver, ils cherchent un abri sous les rochers, se nourrissant, comme le grand gibier, de genêts, de bruyères, de branches d'arbres. Ils sont plus farouches et plus sauvages que ne le sont en bien des contrées les cerfs, et ils sont aussi difficiles à prendre que ceux-ci. L'on s'en rend maître comme des cerfs au moyen de lacs.
Page 393 - ... ceux qui ont tué le plus d'urus montrent , en témoignage du fait, les cornes de ces animaux dans les bourgades, ce qui leur attire une grande considération. On ne peut, lors même qu'on les a pris jeunes, ni les habituer à l'homme, ni les adoucir. La taille, la forme et la couleur de leurs cornes diffèrent beaucoup de celles de nos bœufs. Ces cornes sont très-recherchées ; on les entoure sur les bords d'une garniture d'argent, et elles servent de coupes dans les festins d'apparat. XXIX....
Page 125 - Un procès, à sa naissance première, me semble (comme à vous aultres, messieurs) informe et imperfaict. Comme un ours naissant n'a pieds ne mains, peau, poil ne teste : ce n'est qu'une pièce de chair rude et informe. L'ourse, à force de leicher, la mect en perfection de membres...
Page 324 - ... chasser le cerf, le daim, le chevreuil , le bouquetin , le chamois, etc. , on ne peut pas dire que, dans l'article du rangier, il ait voulu parler d'aucun de ces animaux , ni qu'il se soit trompé dans l'application du nom. Il...
Page 311 - Canada , étoient, il ya deux mille ans, ce que le Canada est de nos jours, c'est-à-dire, un climat assez froid pour nourrir les animaux qu'on ne trouve aujourd'hui que dans les provinces du nord. En comparant les témoignages et combinant les indications...

Informations bibliographiques