Essai général de tactique: précédé d'un discours sur l'état actuel de la politique & de la science militaire en Europe : avec le plan d'un ouvrage intitulé, La France politique et militaire

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page xiv - ... au lieu de bâtir des villes, il eût défriché des campagnes ; si, par trop de fréquentation avec les étrangers, il n'eût pas fait perdre à ses sujets cette âpreté sauvage avec laquelle ils eussent fait de grandes choses ; s'il n'eût répandu sur sa nation que les lumières nécessaires pour augmenter sa force, et qu'il eût habilement éloigné celles qui pouvaient l'affaiblir...
Page lxiv - J'y vois cinq ou six mille hommes opposés les uns contre les autres; des champs de bataille étroits où l'œil du général peut tout embrasser, tout diriger, tout réparer. De nos jours , un bon major pourrait conduire la manœuvre de Leuctre ou de Mantinée aussi bien que le fit Épaminondas.
Page lxx - Romains, qu'un enchaînement de choses de forme, de demi-moyens , de correctifs , de supplémens vicieux ; ces troupes, mal constituées, ont eu des guerres heureuses, mais elles doivent ces succès à l'ignorance de leurs ennemis, à l'habileté de leur roi, à une science toute nouvelle de mouvemens, dont il a été le créateur. Qu'après la mort de ce prince, dont le génie seul soutient l'édifice...
Page xiii - Leurs dépenses de paix sont déjà au-dessus de leurs recettes. Cependant, on se déclare la guerre, on entre en campagne avec des armées qu'on ne peut ni recruter ni payer. Vainqueur ou vaincu, on s'épuise à peu près également. La masse des dettes nationales s'accroît , le crédit baisse, l'argent manque ; les flottes ne trouvent plus de matelots , ni les armées de soldats. Les ministres , de part et d'autre, sentent qu'il est temps de négocier. La paix se fait. Quelques colonies ou provinces...
Page viii - Je dis que peut-être il y a eu, dans quelque coin de l'univers, une nation obscure et paisible, dont les membres ont été plus heureux; mais que certainement jamais peuple n'a eu autant de grandeur , autant de gloire , n'en a autant mérité par son courage et par ses vertus.
Page xliv - ... trône un prince qui opérera cette grande révolution. Dans les écrits de quelques-uns de mes concitoyens, dans les miens peut-être, il en puisera le désir et les moyens. Il changera nos mœurs, il retrempera nos âmes, il redonnera du ressort au gouvernement, il portera le flambeau de la vérité dans toutes les parties de l'administration ; il substituera, à notre politique étroite...
Page 270 - ... meurtriers, à n'abandonner ses pièces que quand l'ennemi est, pour ainsi dire, dans sa batterie, puisque c'est l'exécution de ses dernières décharges qui est la plus terrible ; il faut qu'elle attache son point d'honneur, non à conserver ses machines, qui ne sont au bout du compte que des engins faciles à remplacer, mais à les faire jouer le plus efficacement et le plus long-temps possible.
Page lxxvii - MILITAIRE. guérison. Peut-être il s'élèvera à la tête des nations, des hommes qui ne désespéreront pas de leur salut , qui désireront le bien, qui aimeront la gloire, et à qui ces deux sentimens rendront tout facile. Le génie et la vertu peuvent naître sur les trônes. Je n'ai offert ici qu'une ébauche imparfaite des révolutions de l'art militaire. Ce tableau mérite d'être l'objet d'une histoire complète. Qu'il serait intéressant d'y suivre les progrès de cet art, à travers le...
Page xviii - ... trop étendues, et de faire, pour ainsi dire, en échange, des conquêtes sur eux-mêmes, en portant toutes les parties de leur administration au plus haut point de perfection ; celui d'augmenter la puissance publique par les vertus des particuliers ; de travailler sur les lois, sur les mœurs, sur les opinions; celui, en un mot, de changer ou de ralentir le cours funeste qui les entraîne vers leur ruine.
Page xliv - Alors s'anéantiront, devant cet homme supérieur, les réputations de ces souverains qu'on a encensés, de ces ministres qu'on a crus des hommes d'État. Il rendra la nation ce qu'elle peut devenir. Enfin, ayant mis le comble à sa prospérité, ne pouvant plus y ajouter qu'en la rendant durable, il changera lui-même la forme du gouvernement. 11 appellera autour du trône ses peuples, devenus ses enfans. Il leur dira : « Je » veux vous rendre heureux après moi. u Je vous remets des droits trop...

Informations bibliographiques