Fables d'Ésope mises en françois, avec le sens moral, en quatre vers, et les quatrains de Benserade

Couverture
Chez J.-A. Joly, imprimeur-libraire, 1818 - 332 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières


Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 154 - ... l'une après l'autre à chacun de ses enfants, et leur commanda d'essayer une seconde fois de les rompre. Alors ils les rompirent tous du premier effort. Mes enfants, leur dit le père, quand j'aurai pris congé de ce monde, il en sera ainsi de vous. Tant que vous demeurerez tous dans l'union, vous serez si forts que rien ne pourra vous ébranler; mais dès que vous serez désunis, vous vous affaiblirez de telle sorte que le moindre choc suffira pour vous abattre. Plusieurs, several. Voyant (voir),...
Page 193 - Car elle lui pondait tous les jours un œuf d'or. La croyant pleine d'œufs, le fou s'impatiente, La tue, et d'un seul coup perd le fonds et la rente.
Page 159 - Le cardinal Albéroni dut sa haute fortune à un service qu'il rendit, voici comment : Le poète Campistron voyageait en Italie. En passant par le Duché de Parme, des voleurs l'attaquèrent, et lui enlevèrent jusqu'à ses babils.
Page 248 - Une vache raillait avec peu de justice Un bœuf qu'à la charrue elle voyait tirer; Mais comme on la menait un jour au sacrifice : Adieu, lui dit le bœuf, je m'en vais labourer.
Page 147 - Le Singe et le Perroquet. Le perroquet eut beau par son caquet Imiter l'homme , il fut un perroquet. Et s'habillant en homme , sous le linge , Le singe aussi ne passa que pour singe.
Page 96 - Le Geai paré des plumes du Paon. Oses-tu bien cacher tes plumes sous les nôtres \ Dirent les paons au geai rempli d'ambition. Qui s'éjève au-dessus de sa condition , Se trouve bien plus bas que tous les autres.
Page 161 - Corrigez vos enfans , lorsque dans la jeunesse Sans peine vers le bien vous pouvez les plier. C'est bien aimer , dit-on , que de bien châtier.
Page 278 - Femme qui tond sa Brebis. La brebis que tondoit sa maîtresse inhumaine, Disait de temps en temps, se sentant écorcher: Si vous voulez ma vie, appelez le boucher; Appelez le tondeur, si vous voulez ma laine.
Page 75 - Le renard du corbeau loua tant le ramage , Et trouva que sa voix avoit un son si beau , Qu'enfin il fit chanter le malheureux corbeau. Qui de son bec ouvert laissa cheoir un fromage.
Page 81 - Tandis qu'un lion dormoit , un rat s'en approcha , fit cent tours autour de lui , enfin s'émancipa jusqu'à sauter sur sa-croupe.

Informations bibliographiques