Guide du voyageur à Londres et aux environs

Couverture
Hachette, 1860 - 530 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 205 - J'ai pour moi, lui dit-il en prenant ce soin, une bonne cause et un Dieu clément. Juxon. Oui, sire, il n'ya plus qu'un pas à franchir ; il est plein de trouble et d'angoisse, mais de peu de durée ; et songez qu'il vous fait faire un grand trajet; il vous transporte de la terre au ciel.
Page 205 - ... froideur, uniquement appliqué à soutenir qu'il avait eu raison ; que le mépris des droits du souverain était la vraie cause des malheurs du peuple ; que le peuple ne devait avoir aucune part dans le gouvernement ; qu'à cette seule condition le royaume retrouverait la paix et ses libertés. Pendant qu'il parlait, quelqu'un toucha à la hache ; il se retourna précipitamment, disant : " Ne gâtez pas la hache, elle me ferait plus de mal ;" et, son discours terminé, quelqu'un s'en approchant...
Page 204 - Roi est en prières," leur répondit Juxon ; ils insistèrent : " Eh bien ! dit Charles à l'évêque, remerciez-les en mon nom de leur offre ; mais dites-leur franchement qu'après avoir si souvent prié contre moi, et sans aucun sujet, ils ne prieront jamais avec moi pendant mon agonie. Ils peuvent, s'ils veulent, prier pour moi ; j'en serai reconnaissant...
Page 204 - ... de matelots et masqués. Le roi arriva, la tête haute, promenant de tous côtés ses regards, et cherchant le peuple pour lui parler : mais les troupes couvraient seules la place ; nul ne pouvait approcher. Il se tourna vers Juxon et Tomlinson. " Je ne puis guère être entendu que de vous...
Page 205 - L'échafaud demeuré solitaire, on enleva le corps ; il était déjà enfermé dans le cercueil ; Cromwell voulut le voir, le considéra attentivement, et soulevant de ses mains la tête, comme pour s'assurer qu'elle était bien séparée du tronc : «C'était là un corps bien constitué, dit-il, « et qui promettait une longue vie.
Page 204 - Buckingham à la mort du roi son père: " Mon ami, lui répondit Charles avec mépris et douceur, si je n'avais d'autre péché que celui-là, j'en prends Dieu à témoin, je t'assure que je n'aurais pas besoin de lui demander pardon.
Page 205 - Je ferai une courte prière, et, quand j'étendrai les mains, alors . . . ." Il se recueillit, se dit à lui-même quelques mots à voix basse, leva les yeux au ciel, s'agenouilla, posa sa tête sur le billot ; l'exécuteur toucha ses cheveux pour les ranger encore sous son bonnet; le roi crut qu'il allait frapper: "Attendez le signe," lui dit-il. " Je l'attendrai, sire, avec le bon plaisir de Votre Majesté," Au bout d'un instant, le roi étendit les mains ; l'exécuteur frappa, la tête tomba...
Page 205 - Au bout d'un instant le roi étendit les mains ; l'exécuteur frappa, la tête tomba au premier coup. "Voilà la tête d'un, traître!" dit-il en la montrant au peuple : un long et sourd gémissement s'éleva autour de Whitehall. Beaucoup de gens se précipitaient au pied de l'échafaud pour tremper leur mouchoir dans le sang du roi.
Page 204 - Hacker frappa à la porte. Juxon et Herbert tombèrent à genoux. "Relevez-vous, mon vieil ami," dit le roi à l'évêque en lui tendant la main. Hacker frappa de nouveau ; Charles fit ouvrir la porte. " Marchez," dit-il au colonel; "je vous suis.
Page 204 - Plusieurs compagnies d'infanterie l'y attendaient, formant une double haie sur son passage ; un détachement de • hallebardiers marchait en avant, enseignes déployées ;* les tambours battaient ; le bruit couvrait toutes les voix.

Informations bibliographiques