Histoire critique des journaux, Volume 2

Couverture
J. F. Bernard, 1734
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 180 - Monnoie la pièce de' métal , qui d'un côté porte la tête du Prince régnant , ou de quelque divinité , & dont le revers eft toujours le même : parce que la Monnoie étant faite pour avoir cours , il faut que le peuple puifle aifément la.
Page 301 - Ariftote , &c. ne favoient pas leur propre langue, & de fe mettre fur le pied au 'dix* fèptiéme fiécle de faire des leçons de Grammaire aux Anciens qui nous ont appris leur langue & qui ont écrit dans le tems qu'on la parloit le mieux ; de vouloir changer les mots & tranfporter les périodes , même dans le texte de l'Ecriture, fans aporter d'autres raifons de cette liberté que parce qu'il nous paroit que le fens en feroit meilleur.
Page 12 - A dix ou douze maifons delà il entra dans une allée, monta à un quatrième étage, & en arrivant chez lui, où l'on ne voyoit clair qu'à la faveur de la lune...
Page 52 - Le grand traducteur de Procope Faillit à tomber en syncope Au moment qu'il fut ajourné Pour consommer son mariage.
Page 52 - Et que je suis infortuné ! Moi qui fais de belles harangues, Moi qui traduis en toutes langues, A quoi sert mon vaste savoir, Puisque partout on me diffame Pour n'avoir pas eu le pouvoir De traduire une fille en femme.
Page 207 - Sévigné nous apprennent que fa maifon étoit le rendez-vous de ce qu'il y avoit de plus diftingué à la cour & à la ville par le nom , l'efprit , les talens & la politefle.
Page 200 - Croyez-vous ma cervelle assez bonne Pour résister longtemps à l'emploi qu'on me donne ? Tant que dure le jour j'ai la plume à la main : Je sers de secrétaire à tout le genre humain : Fable , histoire , aventure , énigme , idylle , églogue...
Page 199 - Traité de maximis et minimis et de tangentibus. S'il ya quelque petite aigreur, comme il est malaisé qu'il n'y en ait, vu la contrariété qui est entre nos sentiments, cela ne vous doit point détourner de me les faire voir; car je vous proteste que cela ne fera aucun effet en mon esprit, qui est si éloigné de vanité, que M. Descartes ne sauroit m'estimer si peu que je ne m'estime encore moins. Ce n'est pas que la complaisance me puisse obliger de me dédire d'une vérité que j'aurai connue,...
Page 18 - M. l'Abbé Gallois qui par la> grande variété de fon érudition fembloit né pour ce travail , & qui de plus , ce qui n'eft pas commun chez ceux qui favent tout , favoit . le François , & écrivoit bien. Le Journal prit dès fa naiflance un ton trop hardi, & cenfura trop librement la plupart des Ouvrages qui paroiflbient.
Page 137 - ... par expérience , que fans être fort habile on y parvenoit, quand on vouloit s'en donner la peine. Ici je ne puis m'empêcher de rapporter à fon honneur , que dans une lettre écrite à fon meilleur ami deux jours avant fa mort , il me...

Informations bibliographiques