Histoire du gaullisme social

Couverture
Place des éditeurs, 4 nov. 2021 - 255 pages

" La gauche se réclamera de moi quand je serai mort. " Charles de Gaulle.
A l'occasion de sa première intervention télévisée, le Premier ministre Jean Castex s'est défini comme un " gaulliste social ". Si cette expression a été remise au goût du jour par le chef du gouvernement le 3 juillet 2020, elle est pourtant loin d'être nouvelle. Apparu il y a un petit moins d'un siècle, le gaullisme social est en quelque sorte le yin et le yang de la politique : il est l'équilibre parfait entre l'héritage historique de la droite du général Charles de Gaulle et l'esprit politique et philosophique de la gauche.
Certes, le gaullisme – devenu une valeur-refuge de la vie politique française – incarne aujourd'hui encore le dépassement des clivages, unifiant la gauche et la droite autour d'une certaine vision du pays. Mais l'histoire et la vie politique de ce mouvement nous encouragent à le positionner à droite sur l'échiquier politique, alors même qu'une part non négligeable de ses thèses sont inspirées par le catholicisme social et l'héritage de la gauche.
A l'origine, le " gaullisme social " rassemblait les Français convaincus que seules les institutions de la Cinquième République permettraient la réalisation des objectifs de la gauche ; il réunissait les défenseurs d'une tendance humaniste, ouvrière et sociale au sein de la droite française. Mais qu'en est-il aujourd'hui ? Quel héritage ce mouvement a-t-il laissé dans les mandats qui ont suivi ceux du Général ? Quelles conséquences a-t-il eues sur le paysage politique français, et les acquis sociaux ?
Loin des clichés et d'une vision manichéenne de la politique française qui veut que la droite et la gauche ne se mêlent en aucun cas, Pierre Manenti – s'appuyant sur une série d'entretiens historiques et d'archives inédites – brosse le portrait d'un courant méconnu de la vie politique française.

À propos de l'auteur (2021)

Pierre Manenti est conseiller politique de l'actuelle ministre du Logement. Normalien, passé par Sciences Po Strasbourg, il a été collaborateur parlementaire à l'Assemblée nationale et au Sénat. Passionné de politique, d'histoire et de généalogie, il s'intéresse au gaullisme depuis plusieurs années.

Informations bibliographiques