L'art chez les fous: le dessin, la prose, la poésie

Couverture
Société du mercure de France, 1907 - 238 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 201 - ... nous le prononçons, et l'auteur ne se donne pas la peine de chercher ailleurs que dans le français tel qu'il est actuellement parlé, la langue créatrice universelle. Les principes fondamentaux de sa doctrine ne sont pas très compliqués. Le vrai Dieu, c'est l'esprit créateur de l'animal humain, mais surtout le créateur de la Parole humaine qui est le Fils unique de l'Esprit et lui est semblable ; car la parole est un être intelligent, spirituel et invisible. Il faut être aveugle pour...
Page 167 - Monsieur, Cette Maison est une prison, où sous prétexte de folie on enferme les individus sans jugement. Les personnes qui la servent ne savent pas plus ce qu'ils font; par la nature des aliments qu'ils prennent, ils préparent la nourriture de l'humanité. Des gens qui n'étaient que salés et se moutonnaient, se serrent les mains, deviennent des héros, et ces mêmes héros qui n'étaient que salés, deviennent des âmes et envoient des yens à Dieu 1.
Page 14 - Toutes restrictions faites, il est évident que la folie favorise dans certains casl'éclosiondc l'activité créatrice. Les conditions psychiques qui président à l'une et à l'autre ne sont d'ailleurs pas sans quelque parenté, le fou présentant d'une façon exagérément amplifiée ce qui n'est chez l'artiste qu'une indication discrète. Sans nous embarrasser d'épineuses questions métaphysiques, on peut considérer, d'une façon sans doute un peu schématique, que le fou se distingue du non-fou...
Page 201 - ... matériaux que nous allons prendre dans ta bouche, lecteur, où Dieu les avait placés avant que l'homme fût créé. En effet, celui qui démontrera à l'homme sa création avec une évidence absolue sera bien le créateur même de l'homme, et ce sera l'Esprit et la Parole qui vont faire cette démonstration.
Page 166 - Madame, je n'ai pas l'honneur de vous connaître, mais l'intérêt que je porte à monsieur votre fils m'engage à vous éclairer sur le régime qu'on lui fait suivre dans la maison de santé. Depuis un mois, il va tous les jours au bain et y reste longtemps ; il ne prend que des aliments peu nourrissants, et souvent même il n'en a pas assez pour satisfaire à sa faim. Je vous laisse à penser si, dans cet état, on peut avoir la tête forte. Je n'ai pas besoin de vous en dire davantage.
Page 227 - Pourquoi le maître de l'univers ne m'at-il pas ouvert mon tombeau dans ma brillante jeunesse? Pourquoi, dans le même temps, ne m'at-il pas éloignée de toi, puisque tu ne m'aimais pas et que je fais ton malheur? Pourquoi suis-je devenue mère? Pour être malheureuse, plus que malheureuse, abandonner mes enfants qui me sont si chers Pourquoi me hais-tu? Quand je serais les pieds dans l'huile bouillante, je dirais encore : Je t'aime!... Pourquoi ne...
Page 203 - Voyons où ces ancêtres étaient logés : l'eau j'ai = j'ai l'eau, ou je suis dans l'eau. L'haut j'ai = je suis haut, au-dessus de l'eau, car les ancêtres construisirent les premières loges sur les eaux. L'os j'ai = j'ai l'os ou les os ; on les mangeait où l'on était logé. L'ancêtre était Carnivore. Le au jet = où je jette cet objet ; où est le jet dans l'eau, l'eau jet, je suis logé.
Page 150 - Il grandit comme un ver dans l'ombre; Et, serpent au soleil d'été, II se glisse, et se mêle au nombre Des hydres dont la haine sombre Envenime chaque cité. Ignoble héros de guinguette, Faux mendiant des carrefours, Escroc portant un masque honnête, Hideux détrousseur qui vous guette; C'est lui partout! C'est lui toujours! C'est au bagne, infâme victime, Quand ce n'est point sous le couteau, Que, roulant d'abîme en abîme, Va s'engloutir l'enfant du crime, Qui n'eut pas d'ange à son berceau.
Page 203 - L'auge ai = j'ai mon auge, la première auge était une petite mare (mare à bouc, Marabout) qui servait de loge. On prononce loge elLôge, suivant le dialecte. On fut donc dans le principe logé dans l'eau et à l'eau berge, sur la berge des eaux, à l'auberge : dans les eaux t'es le = dans les hôtels.
Page 203 - ... l'eau à moi) était un lieu arrangé dans l'eau. Lot j'ai = je tiens mon lot. Être logé est le lot naturel. Qui n'est pas logé a perdu son lot. L'auge ai = j'ai mon auge. La première auge était une petite mare (mare à boue, marabout) qui servait de lôge.

Informations bibliographiques