La Sportive dans la littérature française des Années folles

Couverture
Presses Univ. Septentrion, 2011 - 235 pages

Situé au carrefour de l'histoire du sport, des femmes et de la littérature, ce travail de recherche permet de redécouvrir l’esprit des Années folles. Au moment où se mettent en place les prémices d’une littérature sportive, en 1919, et où le sport féminin connaît une popularité sans précédent, avec la création d’un grand nombre de sociétés omnisports féminines, toute une génération d’écrivains s’intéresse en effet aux femmes sportives. Admiratifs devant leur démonstration d’indépendance sur un territoire culturellement masculin, ils n’hésitent pas à décrire dans leurs fictions des personnages d’athlète, de tenniswoman, de skieuse, de footballeuse voire de boxeuse. Figure de la modernité à leurs yeux, la sportive trouve tout naturellement sa place dans le champ littéraire. En défendant une nouvelle image de la femme, à la fois pugnace, téméraire et moderne, ces conteurs, romanciers et poètes prennent de la distance vis-à-vis de l’ensemble des critiques médicales, morales ou pédagogiques, et ils contribuent ainsi à l’évolution des mentalités. La première partie de cette thèse (Terrains) tente d’examiner la place et la fonction que les écrivains attribuent à ces sportives dans les différents genres littéraires. À partir d’une étude sur les stéréotypes masculin et féminin, la deuxième (Équipes) cherche à identifier et à classer les principales représentations sociales dont elles témoignent. Enfin, la troisième (Prouesses) analyse la manière dont leurs performances sportives sont racontées et célébrées.
Avec cet ouvrage, Thomas Bauer apporte aux études littéraires comme aux travaux sur l’histoire du sport, un point de vue et un savoir nouveau. Il fait dialoguer deux disciplines qui, en règle générale, n’ont rien en commun.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

À propos de l'auteur (2011)

Enseignant-chercheur à l'Institut National du Sport, de l’Expertise et de la
Performance (INSEP), associé au Centre des Sciences de la Littérature Française de l’Université Paris
Ouest – Nanterre La Défense et au Centre d’Études Blaise Cendrars de l’Université de Berne. Ses
travaux se situent au carrefour de l’histoire littéraire et de l’histoire du sport. Par ailleurs, membre du
jury de l’Association des Écrivains Sportifs, il participe chaque année à la délibération du Grand prix de
littérature sportive.

Informations bibliographiques