Le Marquis de Pierrerue, Volume 1

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 209 - Aujourd'hui, dit-il quelque part, la notoriété, la réputation, la gloire ne viennent pas à. celui qui, dans la retraite, mûrit son œuvre et, par la lenteur qu'il met à la produire, prouve le respect de son art; elles appartiennent à l'impudent qui, dans l'effroyable brouhaha parisien, crie avec la plus grosse voix ». Mais il ne fut jamais tenté de surmonter sa répugnance pour ce charlatanisme.
Page 42 - C'est quelqu'un de ma suite. Ils sortent avec les valets et les flambeaux, le duc précédant le roi, une cire à la main. SCÈNE IV HERNANI, seul Oui, de ta suite, ô roi! de ta suite! — J'en suis! Nuit et jour, en effet, pas à pas, je te suis. Un poignard à la main, l'œil fixé sur ta trace Je vais.
Page 29 - C'est grande pitié qu'on ne puisse pas vivre d'amour ! , Machinalement ses mains jouaient avec les pistolets. Il se leva tout à coup et se mit à parcourir la chambre à grands pas.
Page 63 - Broussais. Il l'ouvrit. Ses yeux tombèrent sur les lignes suivantes : « Les travaux intellectuels poussés trop loin peuvent apporter du dérangement dans les idées, d'abord par l'excitation que suppose une attention soutenue et l'oubli du sommeil, ensuite par les mouvements passionnés qui s'y mêlent presque toujours, tels que l'ambition, la jalousie, l'amour-propre exalté ou humilié...
Page 263 - La guerre d'Espagne fut pour Claude de Pierrerue comme une guerre sainte. Jamais paladin ne donna plus larges coups d'épée, ne fondit avec plus d'élan sur l'ennemi. En vain le royal généralissime de l'armée française, qui se plaisait à l'interroger et à profiter de sa parfaite connaissance des lieux, lui avait-il enjoint de ne pas s'éloigner de sa personne, impatient du joug, le bouillonnant marquis piquait des deux, se portait à l'avant-garde et prenait part aux engagements les plus périlleux.
Page 272 - Une telle approbation dela part d'un homme dont, en plus d'une circonstance, il avait été à même d'apprécier les lumières, remua notre philosophe jusqu'au fond de l'âme. Bien qu'épuisé par de longues veilles, il sentit redoubler son courage et ne sortit plus de son cabinet. « En dépit d'un labeur plus obstiné que jamais, la deuxième partie de l'œuvre n'avançait que fort lentement. Après avoir mis en pièces les systèmes politiques de ses adversaires, M.
Page 254 - La cour d'Espagne offrait alors au monde le plus affligeant spectacle. Le prince de la Paix la remplissait d'intrigues et de scandales. Madame de Pierrerue n'ignorait pas que les moindres affaires passaient par les mains du favori de la reine. Néanmoins, elle s'était adressée directement au roi, jugeant indigne d'elle de solliciter de Godoï ce qu'elle ne voulait obtenir que de la faveurroyale...
Page 262 - Pierrerue, que ses vertus ont portée à un rang très-élèvé dans son Ordre, exerçait, dès cette époque, une haute influence sur son frère. Cela tenait-il à son titre d'aînée, pour lequel l'ancien régime ne sut se départir d'un certain respect? Etait-ce simplement un hommage rendu à son caractère religieux ? Je ne sais. Dans tous les cas, les découragements de Claude, comme ses colères, ne tenaient guère devant la sérénité radieuse de Claire- Antoinette.
Page 296 - Ceux-ci, s'était-il dit, promenant ses regards sur tant d'hommes célèbres assemblés, ceux-ci sont satisfaits : ils ont atteint le but de tous les efforts de leur vie. Mais combien sont restés à la porte de ce palais, qui étaient dignes d'y pénétrer, et qui peut-être à cette heure manquent de pain ! » « Il était sorti sans entendre la fin d'un discours de M. de Chateaubriand, et était parti à la recherche de ses Invalides.
Page 291 - Il se leva de bonne heure, et, plongé dans un fauteuil, chercha des arguments capables de convaincre M. Duport. Il en tenait un qui lui sembla décisif, et, pour frapper plus vivement l'esprit de son homme, il s'évertuait à en développer toutes les conséquences logiques, quand la porte de sa chambre à coucher s'entrebâilla doucement. « Grippon entra. « L'épanouissement du visage de ce fidèle serviteur trahissait je ne sais quelle joie singulière.

Informations bibliographiques