Le sang des Atrides

Couverture
Gallimard, 2000 - 245 pages
1 Commentaire
Point de vue de l'éditeur: Rue Prête-à-Partir, une nuit, un long cadavre vêtu d’un ensemble de sport bleu ciel orné d’un grand Gentiane en lettres jaunes attend, en leur barrant la route, les éboueurs de la ville de Digne. Jeannot Vial a été assassiné. Six mois plus tard, c’est au tour de Jules Payan. Même blessure à la tempe, provoquée par un galet. Peu de temps avant leur mort, les deux victimes étaient devenues adeptes du vélo et semblaient habitées d’un bonheur profond, mystérieux. Deux hommes beaux et jeunes. Il y aura une troisième victime, puis une quatrième : la vieille Adélaïde de Champclos, qui devait connaître l’assassin. Quant à celui-ci, il tue la nuit, s’est beaucoup exercé au lance-pierre, et il porte des vêtements et des chaussures de collégien d’autrefois.C’est bien sûr le commissaire Laviolette qui mène l’enquête.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Le sang des Atrides

Avis d'utilisateur  - Filmor - Babelio

Le sang des Atrides par Pierre Magnan Le premier polar de Magnan. Connu et reconnu et pourtant ne m'a pas plus. Consulter l'avis complet

Le sang des Atrides

Avis d'utilisateur  - NATB - Babelio

Le sang des Atrides par Pierre Magnan Voilà un petit livre sans prétention mais qui m'a laissé un réel plaisir de lecture. Pensez donc, prix du quai des Orfèvres en 1978 ! C'est un roman policier ... Consulter l'avis complet

À propos de l'auteur (2000)

Pierre Magnan was born in Manosque, Provence, in 1922. He was a typographer at age 13, then flirted with writing before working for a haulage company. When he was made redundant, he returned to writing thrillers at the age of 54 of which two, The Murdered House and Innocence are set in Provence.

Informations bibliographiques