Les dernières oeuvres de Dimitri Chostakovitch: une esthétique musicale de la mort, 1969-1975

Couverture
Harmattan, 2000 - 255 pages
Mort il y a vingt-cinq ans, en 1975, Dimitri Chostakovitch, à partir de 1969, consacre ses œuvres, qui seront ses dernières, à l'expression musicale du thème de la mort. Bien loin de son image de compositeur officiel de l'URSS stalinienne et de ses productions réalistes socialistes, le Chostakovitch de la 14e Symphonie, du 15e Quatuor à cordes, de la Suite sur des poèmes de Michel-Ange et de la Sonate pour alto et piano nous dévoile l'univers sonore d'un art de l'extrême et de l'extrémité, d'une intense beauté et d'une profondeur inouïe. A travers les motifs de la guerre et de la violence, de l'amour et de l'érotisme, de la création artistique, Chostakovitch parvient à figurer de multiples aspects du phénomène mortuaire. Dans la musique vocale comme instrumentale, la forme musicale des œuvres et leur contenu intertextuel (réminiscences et auto-citations) conditionnent un langage essentiellement duel, qui semble déterminer l'attitude et la philosophie du compositeur face au temps musical et finalement, au temps du deuil et de la mort.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Informations bibliographiques