Les jardins, ou L'art d'embellir les paysages: Poème

Couverture
chez Valade, 1782 - 143 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 109 - And country, whereof here needs no account; But rather to tell how, if art could tell...
Page 38 - Tel est le sort commun. Bientôt les aquilons Des dépouilles des bois vont joncher les vallons : De moment en moment la feuille sur la terre En tombant interrompt le rêveur solitaire. Mais ces ruines même ont pour moi des attraits.
Page xi - N'empruntons point ici d'ornement étranger ; Viens, de mes propres fleurs mon front va s'ombrager • Et, comme un rayon pur colore un beau nuage. Des couleurs du sujet je teindrai mon langage.
Page 109 - Rose a fresh Fountain, and with many a rill Water'd the Garden ; thence united fell Down the steep glade, and met the nether Flood...
Page 27 - Des ornements de l'art, l'œil bientôt se fatigue ; Mais les bois, mais les eaux, mais les ombrages frais, Tout ce luxe innocent ne fatigue jamais. Aimez donc des jardins la beauté naturelle : Dieu lui-même aux mortels en traça le modèle. Regardez dans Milton ", quand ses puissantes mains Préparent un asile au premier des humains.
Page 108 - Which to our general sire gave prospect large Into his nether empire neighbouring round. And higher than that wall a circling...
Page 50 - Je sais que dans Harlem plus d'un triste amateur Au fond de ses jardins s'enferme avec sa fleur, Pour voir sa renoncule avant l'aube s'éveille, D'une anémone unique adore la merveille Ou, d'un rival heureux enviant le secret, Achète au poids de l'or les taches d'un œillet.
Page 46 - L'Indien parcourait leurs tribus réunies, Quand tout-à-coup, parmi ces vertes colonies, Un arbre qu'il connut dès ses plus jeunes ans Frappe ses yeux : soudain avec des cris percans II s'élance, il l'embrasse, il le baigne de larmes, Le couvre de baisers. Mille objets pleins de charmes, Ces beaux champs, ce beau ciel, qui le...
Page 72 - Le règne pastoral, les doux soins des bergers, Ces biens de l'âge d'or, dont l'image chérie Plut tant à mon enfance, âge d'or de la vie, Réveillent dans mon cœur mille regrets touchants.
Page 110 - Another fide, umbrageous grots and caves Of cool recefs, o'er which the mantling vine Lays forth her purple grape...

Informations bibliographiques