Les mammifères fossiles de l'Amérique du Sud

Couverture
F. Savy, 1880 - 225 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 3 - ... avait constaté en explorant la caverne de Somidouro, durant son séjour au Brésil, que des ossements humains étaient mélangés aux débris fossiles des grands mammifères, lesquels habitaient ce pays dans les derniers temps de la période tertiaire, et il remarqua que les uns et les autres présentaient le même état de fossilisation. Cette découverte et d'autres analogues le portèrent à écrire à son savant compatriote Rafn, que l'apparition de l'homme en Amérique datait des temps...
Page ix - Cuvier, Lund, de Blainville, Owen, Paul Gervais, Nodot, Bravard, Burmeister, Flower, Reinhardt, Laurillard, Huxley, etc. "Hemos tenido también la buena suerte de visitar casi todos los establecimientos públicos o colecciones particulares que contienen restos de estos animales: la colección del Museo de París, que es la más importante de Europa; la del Colegio de Cirujanos de Londres y la del British Museum, a cuyos...
Page 97 - Buenos-Aires, un squelette du Mylodon robustus. Il s'occupait de dégager les os à l'aide d'un grand couteau, lorsque tout à coup celui-ci rencontra quelque chose de résistant et qui se brisa. C'était une pierre qui se trouvait entre les os du Mylodon. M. Larroque en recueillit les morceaux et...
Page 115 - Nous fondons cette espèce sur un crâne faisant partie de la collection du Muséum d'histoire naturelle de Paris et provenant comme les deux précédents de la province de Buenos-Ayres. Elle se distingue de toutes celles du même genre par une région frontale beaucoup plus large et plus bombée. La crête occipitale est peu développée, la crête sagittale à peine apparente, ce qui donne à la région postéro-supérieure du crâne de ces animaux une forme tout à fait caractéristique.
Page 5 - ... et M. Florentine Ameghino a pu confirmer la coexistence de l'homme et des mammifères éteints, par la découverte qu'il a eu le bonheur de faire aux environs de Mercedes, dans des couches pampéennes encore vierges, de nombreux débris humains enfouis profondément et mélangés à des fragments de carapace de Glyptodon et à des ossements de différents autres mammifères de l'époque glaciaire. Le docteur Moreno a également rencontré sur les bords du Rio-Negro, en...
Page 3 - ... exact. Au surplus, cette circonspection paraît d'autant mieux justifiée qu'une certaine analogie du crâne trouvé par M. Whitney avec ceux des tribus indiennes modernes du même comté a fait mettre en doute l'authenticité de sa découverte. » Vers 1867, F. Seguin rapportait en Europe, au milieu de nombreux échantillons formant sa seconde collection de fossiles recueillis dans la République Argentine, plusieurs portions de squelettes humains découverts par lui sur les bords du Rio Carcarana....
Page 177 - ... bord inférieur de la branche horizontale, un angle dont l'écartement reste toujours inférieur à 90°; quant à leurs dents, elles sont au nombre de huit de chaque côté et à chaque mâchoire et les trois lobes prismatiques qui les composent sont nettement séparés par deux sillons profonds existant sur les deux faces de la dent, ce qui explique le nom de Glyptodontes, sous lequel les animaux ont été désignés.
Page 147 - L'auteur de ce travail fait au sujet de ce crâne les remarques suivantes : « II est plus fort, les crêtes occipitale et sagittale sont mieux accusées, ses sutures sont moins apparentes, et sa mâchoire inférieure est particulièrement remarquable par la plus grande élévation de sa table externe, ainsi que par la courbure bien plus considérable de son bord inférieur dans la partie correspondante à la région dentaire. » Ces caractères distinctifs que nous n'avons retrouvés sur aucune...
Page 121 - C. paludosus. — 123 — les deux .maxillaires , os sur lesquels toutes les dents mollaires sont restées en place, ainsi que la dent canine du côté gauche. Le camélien auquel ce crâne appartenait se distinguait des animaux des genres voisins par le nombre de ses avants molaires, qui étaient au nombre de trois. Le nombre total de ses dents molaires supérieures était donc de six ; ces organes présentaient en outre certaines particularités de forme et de disposition sur lesquelles nous reviendrons...
Page 39 - Sa mâchoire inférieure, très étroite et très grêle est remarquable par les sinuosités de son bord inférieur; il est, en effet, concave dans la partie située audessous de l'implantation des fausses molaires, convexe au contraire dans la partie qui correspond aux vraies molaires. Toutes ces dents sont comprimées, c'est là le caractère distinctif le plus saillant de l'espèce; on ne le retrouve aussi exagéré dans aucun des animaux, soit vivants, soit fossiles, appartenant au même genre...

Informations bibliographiques