Mémoires du prince Pierre Dolgoroukow, Volume 1

Couverture
Cherbuliez [et] H. Georg, 1867
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 326 - Dolgorouki l , une scène violente vintattrister leurs adieux à l'a capitale. « Avant leur départ de Moscou, dit l'auteur des Mémoires, l'impératrice Anna fit chercher ma trisaïeule pour lui reprocher sa conversion. Elle la reçut dans la chambre de ses demoiselles d'honneur, voisine du cabinet impérial. Lorsque ma trisaïeule, selon l'étiquette, se baissait pour baiser la main de l'Impératrice, celle-ci lui appliqua un vigoureux soufflet, l'agonisa d'injures comme un cocher aurait pu le...
Page 422 - Danemark, avait éte envoyé en Russie pour y traiter de l'échange du Holstein, qui appartenait au grandduc, contre le comté d'Oldenbourg. C'était un homme qui joignait, à ce qu'on disait, à beaucoup de connaissances autant de capacité. Son extérieur était celui du fat le plus complet. Il était grand et bien fait, blond tirant sur le roux, le teint blanc comme une femme. On disait qu'il avait un si grand soin de sa peau, qu'il ne dormait jamais autrement qu'après avoir couvert son visage...
Page 436 - Elisabeth l'épousa secrètement; elle en eut un fils et une fille. En 1744 il devint comte du Saint-Empire, en 17S6 feld-maréchal. Il disait alors à l'Impératrice : « Lise, tu peux me nommer feld-maréchal, mais tu ne pourras jamais faire de moi ne fût-ce qu'un simple colonel que l'on puisse prendre au sérieux. » Déjà en 1749, sans rien perdre de sa haute situation ofticiclle, il avait été remplacé dans la faveur intime de l'Impératrice par Ivan Chouvalof.
Page 58 - ... des modèles en tout genre, et dans le genre épistolaire, ainsi que dans tous les autres. Sans parler des Lettres de madame de Sévigné, celles de madame de Maintenon sont parfaites ; et celles de madame de Coulanges et de son mari, et de plusieurs autres, sont charmantes.
Page 338 - Pélrovitch, n'avait joué aucun rôle important : aussi se borna-t-on à l'exiler à la campagne avec sa femme. Avant leur départ de Moscou, l'impératrice Anne fit chercher ma trisaïeule pour lui reprocher sa conversion au catholicisme. Elle la reçut dans la chambre de ses demoiselles d'honneur, voisine du cabinet impérial. Lorsque ma trisaïeule, selon l'étiquette, se...
Page 422 - ... de la pomade, et qu'il mettait des gants et un masque de nuit. Il se vantait d'avoir dix-huit enfants, et prétendait que les nourrices de ses enfants, il les avait toujours mises en état de le devenir. Le comte Lynar, si blanc, portait l'ordre blanc de Danemark, et n'avait d'autres habits que des couleurs extrêmement claires, comme par exemple bleu céleste, abricot, lilas, couleur de chair, &c., quoique alors on vit encore rarement des nuances aussi claires aux hommes. Le grand-chancelier...
Page 180 - ... venger ! Voyez comme on règne après vous > en Russie ! Ceux, à qui vous vouliez faire trancher la tête, tiennent » les rênes du gouvernement, et ceux que vous aimiez et qui vous ont » servi avec fidélité, subissent des avanies et des persécutions!
Page 336 - Blessé de ne point voir le prince Vladimir se ranger parmi ses courtisans, il lui refusait tout avancement, et au moment de l'avènement de Catherine II au trône, mon arrière-grand^oncle, déjà âgé pour lors de 45 ans, avait seulement le rang de lieutenant-colonel. Catherine était douée d'un coup d'oeil d'aigle pour discerner les hommes et les apprécier à leur juste valeur. La paix entre la Russie et la Prusse se trouvait signée ; il s'agissait d'envoyer un ministre à Berlin, à la cour...
Page 336 - ... son âge. Elle est inhumée, à Moscou, dans le couvent de Bohoïavlenskoy. Son mari, mon trisaïeul le prince Serge Pétrovitch, lui survécut de dix années. Il fut, après la mort de sa femme, ministre à Constantinople et président du collège de commerce, postes fort lucratifs, dans lesquels il se signala par son intégrité. Des frères de mon bisaïeul, les princes Nicolas et Alexandre furent des hommes médiocres, mais l'aîné, le prince Vladimir Serghéiévitch avait beaucoup d'esprit,...
Page 379 - ... pour conduire ses bagages. Fier et hautain avec ses inférieurs, rempli de morgue à l'égard de ses subordonnés, il ne reculait devant aucune infamie pour soutenir et augmenter son crédit de cour.

Informations bibliographiques