Mémoires historiques sur les Templiers: ou, Éclaircissemens nouveaux sur leur histoire, leur procès, les accusations intentées contr'eux, et les causes secrètes de leur ruine; puisés, en grande partie, dans plusieurs monumens ou écrits publiés en Allemagne

Couverture
F. Buisson, 1805 - 410 pages
2 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page viii - ... parure ; ils s'en servent avec courage dans les plus grands périls, sans craindre ni le nombre ni la force des barbares : toute leur confiance est dans le Dieu des armées ; et eu combattant pour sa cause , ils cherchent une victoire certaine ou une mort sainte et honorable.
Page 94 - L'arrêt qui nous condamne est un arrêt injuste ; « Mais il est dans le Ciel un tribunal auguste « Que le faible opprimé jamais n'implore en vain, « Et j'ose t'y citer, ô pontife romain ! « Encor quarante jours!.... je t'y vois comparaître.
Page 40 - Dans les champs de l'honneur il nous faut du courage; Mais je vois qu'en ces lieux il en faut davantage. Tel marche à l'ennemi sans <!tre épouvanté Qui n'ose dans les cours dire la vérité. (M. Raynouard,\e
Page 95 - Il semble que du ciel descende la vengeance. Les bourreaux interdits n'osent plus approcher ; Ils jettent en tremblant le feu sur le bûcher, Et détournent la tête Une fumée épaisse Entoure l'échafaud, roule et grossit sans cesse ; Tout à coup le feu brille : à l'aspect du trépas Ces braves chevaliers ne se démentent pas.
Page 92 - Il lève vers les cieux un regard assuré ; II prie, et l'on croit voir un mortel inspiré. D'une voix formidable aussitôt il s'écrie : « Nul de nous n'a trahi son Dieu, ni sa patrie.
Page 27 - Moi, qui veux les sauver, je tremble , je frémis, S'ils sont abandonnés à leurs vils ennemis. Quand l'envie et la haine accablent l'innocence , Lui refuserez-vous votre noble assistance ? Ah ! combien j'applaudis ces mortels généreux Qui , redoublant de zèle en des temps malheureux , Des rigueurs de la loi ministres magnanimes, Sans trahir le pouvoir , consolent ses victimes ! MARIGNI.
Page 62 - J'agis pour votre gloire encor plus que pour eux. Vous livrez ces guerriers à ce juge implacable Qui force l'innocent à s'avouer coupable ; Qui Se dit convaincu dès qu'il peut soupçonner, Et commence à punir avant de condamner. Le ministre d'un Dieu de paix et de clémence , Sur un saint tribunal fait asseoir la vengeance ! Devant lui l'accusé se trouble et se confond : La torture interroge , et la douleur répond (i).

Informations bibliographiques