Pensées paresseuses d'un paresseux

Couverture
Flammarion - 256 pages
La paresse a toujours été mon point fort. Je n’ai aucun mérite : c’est un don. Jerome K. Jerome « Penser, soit, mais en passant, sans se presser. L’oisif accueille la pensée comme certaines branches l’oiseau : il veut bien être perchoir mais non point nid. De même qu’il existe une authentique philosophie de comptoir, il existe une pensée de fauteuil. L’oisif aime à discourir des sujets les plus triviaux – il trouvera toujours le moyen, au détour d’une apparente banalité, de faire entendre les saignements de son cœur. » Claro

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Informations bibliographiques