Souvenirs des Zouaves pontificaux, 1861 et 1862

Couverture
Oudin, 1890 - 401 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 105 - ... se trouvent mêlés aux lignes un peu ternes de la première illumination. Rien ne peut rendre la promptitude de ce changement de feu, comme rien ne peut faire comprendre à ceux qui ne l'ont pas vu le grandiose de cet incendie de la coupole ' . Trois cent soixante-cinq pietrini suspendus avec des cordes ont tout à coup opéré cet effet magique sans qu'on ait pu les apercevoir et allumé dans le temps que je mets à l'écrire cinq mille neuf cent quatre-vingt-onze lampions. C'est leur secret...
Page 104 - ... de marbre, et tout cet édifice devenu une montagne de feu ! Quatorze cents lampions à feu voilé sont placés sur la façade extérieure du temple et des portiques, à partir du sol jusqu'à l'extrémité de la croix du dôme. Ces lampions dessinent toutes les arêtes de l'édifice, dont ils marquent les lignes architectoniques , se courbant où elles se courbent, s'arrêtant où elles s'arrêtent, se brisant où elles se brisent.
Page 211 - pocrisia, le mensonge, la menzogna, la déloyauté, « la slealtà de ses ennemis. Mais, comme moi, il vit « auprès de lui des hommes de cœur qui avaient « résisté aux séductions, et qui lui demandaient : « Où voulez-vous que nous allions? Je vous dirai, « comme David : le moment n'est pas encore venu ; « mais de même qu'Absalon périt suspendu par sa « tête orgueilleuse aux branches d'un arbre , de « même aussi les tentatives de l'impiété et de l'hy« pocrisie actuelles fmiront...
Page 30 - ... corporation, quelle qu'elle soit, ayant pour but, directement ou indirectement, d'offenser la religion catholique et de corrompre la société. « Je jure de ne m'inscrire dans aucune secte ou société condamnée par les décrets des Pontifes Romains. • Je jure aussi à Dieu très bon et très grand de n'avoir aucune intelligence directe ou indirecte avec les ennemis, quels qu'ils soient, de la Religion et des Pontifes romains. « Je jure de ne jamais abandonner les insignes du Souverain Pontife...
Page 30 - IX, et à ses légitimes successeurs; Je jure de le servir avec honneur et fidélité et de sacrifier ma vie même pour la défense de sa personne auguste et sacrée, pour le soutien de sa souveraineté et pour le maintien de ses droits; Je jure de n'appartenir à aucune secte ni civile ni religieuse, à aucune société secrète ou corporation, quelle qu'elle soit, ayant pour but, directement ou indirectement, d'offenser la religion catholique...
Page 31 - ... décrets des Pontifes Romains. • Je jure aussi à Dieu très bon et très grand de n'avoir aucune intelligence directe ou indirecte avec les ennemis, quels qu'ils soient, de la Religion et des Pontifes romains. « Je jure de ne jamais abandonner les insignes du Souverain Pontife et le poste qui m'aura été confié par mes supérieurs. • Je jure d'obéir à tous mes légitimes supérieurs, de les honorer, de les défendre et d'exécuter tous leurs ordres en tout ce qui concerne l'observance...
Page 211 - ... orgueilleuse aux branches d'un arbre, de même aussi « les tentatives de l'impiété et de l'hypocrisie actuelles finiront • « par échouer, et nous reviendrons ensemble dans les provinces « usurpées et tyrannisées par nos ennemis. Ces provinces apparic tiennent au Saint-Siège dans leur intégrité, et je n'en céderai « rien, parce qu'il ne m'est pas permis d'abandonner le do« maine de l'Église, qui est le gage de la liberté et de Pindépen« dance du Vicaire de Jésus-Christ.
Page 38 - ... instruits de notre arrivée, ils pourraient bien, nous disait-on, nous attaquer la nuit suivante. A une heure du matin, nous fûmes réveillés en effet par le cri : « Aux armes ! • Une, deux, notre prière était faite : • Jésus, Marie, Joseph », et un acte de contrition ; avec cela, on peut marcher. En moins de cinq minutes, nous étions tous sur deux rangs et prêts à faire feu ou à nous élancer au premier commandement. C'était l'ennemi en effet qui était venu en reconnaissance...
Page 104 - ... quand le dernier coup de l'heure sonne' « ce je ne sais quoi ne remue plus, ne se voit plus ; « mais sept cent quatre-vingt-onze nouveaux feux

Informations bibliographiques