Toutes blessent, la dernière tue (collector)

Couverture
Place des éditeurs, 8 nov. 2018 - 568 pages

Le dernier roman de la reine du polar Karine Giebel dans une édition collector comprenant la nouvelle inédite Tristan
Je connais l'enfer dans ses moindres recoins.
Je pourrais le dessiner les yeux fermés.
Je pourrais en parler pendant des heures.
Si seulement j'avais quelqu'un à qui parler...
Tama est une esclave. Elle n'a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin...

Frapper, toujours plus fort.
Les détruire, les uns après les autres.
Les tuer tous, jusqu'au dernier.
Gabriel est un homme qui vit à l'écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.
Un homme dangereux.
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique.
Qui est-elle ? D'où vient-elle ?

Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite !
Parce que bientôt, tu seras morte.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Toutes blessent la dernière tue

Avis d'utilisateur  - SabInstant - Babelio

Au Maroc, pensant offrir une meilleure vie a son enfant, un père confie sa fille de 8 ans à une certaine Medja. C'est ainsi qu'à son arrivé en France, elle sera surnommé Tama (= la dévouée) et ... Consulter l'avis complet

Toutes blessent la dernière tue

Avis d'utilisateur  - ATB007 - Babelio

13.02.2022 17ème livre Avant de me lancer dans les derniers livres de Karine Giebel, auteure française qui prend de plus en plus la place de reine du polar, j’ai eu envie de relire «Toutes blessent ... Consulter l'avis complet

Autres éditions - Tout afficher

À propos de l'auteur (2018)

Grande collectionneuse de prix littéraires et maître ès thrillers psychologiques, Karine Giebel est née en 1971. Elle est l'auteur de Meurtres pour rédemption (collection " Rail noir ", 2006), des Morsures de l'ombre (Fleuve noir, 2007) – prix Intramuros du festival de Cognac 2008 et prix SNCF du polar 2009 – et de Chiens de sang (Fleuve noir, 2008). Pour Juste une ombre (Fleuve noir, 2012), elle reçoit le prix Polar francophone du festival de Cognac et le Prix marseillais du polar en 2012. Purgatoire des innocents (Fleuve noir, 2013) confirme son talent et la consacre définitivement " reine du polar ". Après Satan était un ange (Fleuve noir, 2014), elle rejoint les éditions Belfond pour la parution de De force (2016), qui a rencontré un immense succès, de Terminus Elicius (2016) dans une nouvelle édition augmentée, puis de D'ombre et de silence (2017), un recueil de nouvelles où elle condense en quelques pages toute la force de ses romans. Les livres de Karine Giebel se sont vendus à plus d'un million d'exemplaires à ce jour et sont traduits dans une douzaine de langues.

Informations bibliographiques