Recherches sur la vie et les ouvrages de Jacques Callot: suite au Peintre-graveur français de M. Robert-Dumesnil, Volume 2

Couverture
V. J. Renouard, 1860
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 437 - ... époque , Sébastien Le Clerc avait gravé les dessins de Deruet, il est extrêmement vraisemblable qu'il retoucha en même temps la tête de Charles IV, de manière à le vieillir de nouveau et lui donner ainsi un peu plus de ressemblance.
Page 433 - Voici la deseription de ces auteurs qui , prenant la planche dans son état primitif , la suivent dans presque toutes ses transformations : « Le nouveau duc , très-jeune et tête nue , monté sur un énorme cheval et galopant de gauche à droite, se dessine tout entier sur le ciel ; il a une cuirasse et une écharpe, ses cuisses et ses bras sont armés, et il tient de la main droite un bâton de commandement ; entre les jambes de sa monture on voit...
Page 248 - Jacques chez G. Audran Graveur du Roy aux deux Piliers d'or. Haut. : 250 millim. — Larg. : 179 millim. On connaît quatre états de cette planche : I. C'est celui qui vient d'être décrit. II. Les armoiries ont été changées ; elles sont surmontées d'une couronne, et l'écu est entouré d'un collier auquel est suspendue une croix de chevalier romain. Au-dessous du jabot, se trouve une croix de chevalier romain qui n'existe pas dans le premier état ; la forme du cartouche n'est plus...
Page 441 - Mariette est le premier qui ait parlé de cette pièce. Il la décrit ainsi , t. II , folio 28 , de ses Notes manuscrites : « Le plan d'une bataille où , sur le devant, est le duc de Lorraine Charles IV, armé à l'antique et monté sur un cheval sous les pieds duquel sont renversés ses ennemis , et , au haut de la planche, du même côté, est une Renommée qui, d'une main, tient une trompette et , de l'autre , un cartouche renfermant les armes de Lorraine.
Page 430 - ... dans l'œuvre de Le Clerc , parce que la petite vue de Nancy et les autres lointains sont certainement de lui. Quelques amateurs ont attribué (je ne sais sur quel fondement) ce portrait à Callot, mort dès 1635, et le mettent dans l'œuvre de ce maître » (3). Jombert est certainement dans le vrai en critiquant l'opinion de Gersaint et celle des amateurs qui donnent le Charles IV à Callot; mais il tombe, lui-même, dans une inconséquence étrange en voulant attribuer à Sébastien Le Clerc...
Page 439 - Paignon-Dijonval possédait deux contre-épreuves de l'état avec le génie. IV. La planche a été retouchée. Le prince paraît plus âgé que dans les états précédents. Un génie ailé , à gauche, audessus du palmier, présente un casque au duc, qui tient de la main droite une masse d'armes au lieu d'un bâton de commandement. Le nom du prince, au haut de la droite, est enfermé dans une banderolle.
Page 237 - Le Siège de la ville de Breda conquise par les armes du roy Philippe IV, par la direction de l'infante Jsabelle-Cl.-Éugénie, par la valeur du marquis Ambr.
Page 425 - Ce prince est a cheval, et tient, à sa main gauche, une masse d'armes à pointes ; il y a sur le haut de la planche une banderole dans laquelle le nom de ce prince se trouve gravé ; sur la droite de l'estampe, aussi dans le haut, il ya un ange, sortant d'un nuage, qui lui présente un casque ; on voit, dans le lointain, le profil de la ville de Nancy. Les vers gravés au bas de...
Page 443 - Montaijjlon iloimcnt des détails encore plus étendus : « 11 existe, disent-ils, une troisième pièce de Deruet ; c'est une bataille de Charles IV, représentée en perspective, comme la curieuse suite des batailles que le cardinal de Richelieu avait fait faire pour son château...
Page 432 - ... cuivre. Il attribue, sans hésiter, la pièce à Deruet , mais il donne à Callot la gravure du fond ainsi que la gravure et la composition des vers qu'on lit dans les premiers états. Il n'est pas impossible que Callot ait composé ces vers qui nous paraissent , en effet , avoir été gravés par lui. M. Beaupré n'avait à parler que d'une manière incidente du portrait de Charles IV, dans ses Recherches sur l'imprimerie en Lorraine. Il admet aussi qu'il n'y eut jamais qu'une seule planche...

Informations bibliographiques