Du diable en politique: Réflexions sur l'antilepénisme ordinaire

Couverture
CNRS - 392 pages
1 Commentaire
« L’antilepénisme ordinaire a pris l’allure d’une machine fonctionnant dans un seul sens : empêcher de connaître et de comprendre l’ennemi désigné, interdire toute discussion libre et informée sur le mouvement lepéniste, substituer l’indignation morale et la condamnation diabolisante à la critique argumentée et à la lutte politique. La diabolisation de l’adversaire empoisonne le débat démocratique et profite en définitive au parti lepéniste, qui tire habilement parti de la dénonciation vertueuse et consensuelle dont il est l’objet pour se poser en victime du “Système”. Toute dénonciation extrémiste fait le jeu de l’extrémisme dénoncé. Le seul moyen de dire clairement en quoi les orientations du FN sont inacceptables consiste à analyser le programme de ce parti sans lunettes idéologiques, donc sans le lire à travers les stéréotypes accumulés au terme d’une longue tradition “antifasciste”. Face au FN, il faut d’abord vouloir le connaître, puis le juger sur ses résultats locaux, dans la gestion municipale, et non plus seulement sur ses intentions déclarées ou ses projets. » Ce livre, qui analyse la diabolisation dans tous ses aspects, s’efforce de penser l’extrémisme politique, sur la base de multiples exemples historiques. Il s’impose pour faire face aux extrémismes contemporains.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

À propos de l'auteur (2014)

Philosophe, politologue et historien des idées, Pierre-André Taguieff, directeur de recherche au CNRS, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages. Il a notamment publié La Force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles (1988), La Nouvelle Judéophobie (2002) et Le Nouveau national-populisme (2012).

Informations bibliographiques