Maurrassisme et littérature: L'Action française. Culture, société, politique (IV)

Couverture
Presses Univ. Septentrion, 31 oct. 2012 - 322 pages
0 Avis

Les rapports entre nationalisme, littérature et, plus généralement, esthétique sont au coeur des contributions de ce volume intitulé « Maurrassisme et littérature ». Celui-ci est le quatrième de la série « L'Action française. Culture, société, politique », qui se propose de prendre, au-delà de Maurras dont le magistère intellectuel est indéniable, la mesure d'un pôle idéologique, politique et culturel important dans la France du premier XXe siècle. Il conserve un trait spécifique qui caractérise ce cycle : la dimension interdisciplinaire. Comme son principal objet est la sphère littéraire, les groupes et les personnalités, - de
Mistral, Lemaitre, Claudel, Bernanos aux Hussards... -, les institutions, les revues, ce sont donc d'abord des historiens ainsi que des historiens ou théoriciens de la littérature qui sont sollicités. La doctrine de Maurras en matière littéraire, les rapports entre les ordres politique et esthétique, les réceptions favorables, réservées, voire hostiles aux oeuvres des maurrassiens sont ici étudiées.

 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

À propos de l'auteur (2012)

Maître de conférences habilité à l'Université Charles-de-Gaulle Lille 3 (UMR 8569), Michel Leymarie est notamment l'auteur de Les intellectuels et la politique en France (PUF, coll. Que sais-je ?, 2001) et d’Albert Thibaudet, « l’outsider du dedans » (PU du Septentrion, 2006). Il a dirigé, avec Jean-Yves Mollier et Jacqueline Pluet-Despatins, La Belle Époque des revues 1880-1914 (IMEC, 2002), avec Jean-François Sirinelli, L’histoire des intellectuels aujourd’hui (PUF, 2003), présenté avec Michela Passini la réédition de La grande pitié des églises de France de Maurice Barrès (PU du Septentrion, 2012).
Il a en outre codirigé un cycle de colloques sur L’Action française. Culture, société, politique et sur Maurice Barrès (PU du Septentrion et Peter Lang, 2008-2012).

Olivier Dard est professeur d'histoire contemporaine à l’Université de Lorraine et directeur du Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire. Spécialiste d’histoire politique et notamment des droites radicales, il a récemment dirigé une série d’ouvrages sur ces objets parmi lesquels Charles Maurras et l’étranger. L’étranger et Charles Maurras. L’Action française. Culture, société, politique II, études réunies par Olivier Dard, Michel Grunewald, Berne, PIE, Peter Lang, 2009 ; Le maurrassisme et la culture. L’Action française. Culture, société, politique III, études réunies par Olivier Dard, Michel Leymarie et Neil Mc William, PU du Septentrion, 2010; Jacques Bainville. Profils et réceptions, études réunies par Olivier Dard et Michel Grunewald, Berne, PIE Peter Lang, 2009 ; Georges Valois, itinéraire et réceptions, études réunies par Olivier Dard, Berne, PIE Peter Lang, 2011; Maurice Barrès, La Lorraine, La France et l’étranger, études réunies par Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie, Jean-Michel Wittmann, Berne, PIE Peter Lang, 2011 ; Le corporatisme dans l’aire francophone au XXe siècle, études réunies par Olivier Dard, Berne, PIE Peter Lang, 2011.

Professeur de littérature française du vingtième siècle à l'université Sorbonne nouvelle-Paris 3, Jeanyves Guérin mène des recherches d'une part sur le théâtre du XXe siècle (Audiberti, Ionesco, Camus, Claudel), de l’autre sur la littérature engagée (Camus, Malraux, Mauriac). Il a publié les ouvrages suivants : Le Théâtre d’Audiberti et le baroque (Klincksieck, 1976), Camus. Portrait de l’artiste en citoyen (François Bourin, 1993), Art nouveau ou homme nouveau (Honoré Champion, 2002), Le Théâtre en France de 1914 à 1950 (Honoré Champion, 2007). Il a été le maître d’œuvre du Dictionnaire des pièces de théâtre françaises du vingtième siècle (Honoré Champion, 2005), du Dictionnaire Albert Camus (Robert Laffont, 2009), du Dictionnaire Eugène Ionesco (Honoré Champion, 2012) et de divers ouvrages collectifs. Il a collaboré à Esprit et à La Nouvelle Revue française.

Informations bibliographiques