Images de page
PDF
ePub

Histoire. Appendice. - Conclusion de la paix entre la Turquie et

l’Égypte.
Troubles au Brésil.
- Conspiration en Piémont.

496 »
France. Clôture de la session législative de
1832.

206 26 – FRANCE. Ouverture de la session législative de

[ocr errors]

160

1833.

208

28 – Dissolution de la Chambre des représentans en Belgique.

338 3 Mar. Ouverture de la session législative au Brésil. 662 20 - Ouverture de la nouvelle session législative

en Wurtemberg. 20 – Ouverture de la session législative en Bade. 402 21 - Convention conclue à Londres sur le diffé* rend hollandais-belge.

3 27 – Troubles à Hambach et à Neustadt en Ba

vière. 28 – Insurrection au Mexique. 7 Juin. Ouverture de la session des Chambres en

Belgique. 10 - Ouverture de la nouvelle session législative dans la Hesse électorale.

415 17 – Clôture de la session des États-généraux de Hollande.

342 20 – Assemblée des Cortès à Madrid pour prêter serment à l'héritière du trône.

512 Don Pedro envoie une expédition dans les Algarves.

533 - France. Clôture de la session de 1833. 290 - 26 — Expédition de Buenos-Ayres contre les Indiens.

655 30 - Ouverture de la session des États dans le duché de Brunswick.

424 1 Juillet. Ouverture de la diète ordinaire en Suisse. 482 5 - Combat naval du cap Saint-Vincent en Por

tugal.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]

Histoire. Appendice. 8 – Conclusion d'un traité d'alliance entre la Russie et la Turquie.

· 456 Évacuation de la Turquie par les Russes. 456

Conspiration dans la Nouvelle-Grenade. 648 24 – Lisbonne se déclare en faveur de dona Maria. 538 198 29 – Troubles dans le canton de Schwytz en Suisse. 484 » Aout. Troubles dans le canton dé Bâle, en Suisse.

486
- Levée du siége de Porto en Portugal.
24 — Ajournement indéfini de la conférence de
Londres.

365
- Clôture de la session du Stortling en Nor-
wége.

431
29 – Clôture de la session du parlement d’Angle-
terre.

628 182 5 SEPTEMBRE. Attaque de l'armée de don Miguel

sur Lisbonne.
- Conférences de Munchen-Graetz.

384
Promulgation d'une nouvelle constitution en
Hanovre. "

425 155 19 – Traité de commerce entre la France et le duché de Nassau.

409 29 – Mort de Ferdinand VII, roi d'Espagne. 514 4 OCTOBRE. Insurrection de la Biscaye.

516
- Clôture de la session des Chambres en Bel-
gique.

362
16 – Clôture de la diète en Suisse.
21 – Ouverture de la session des États-généraux ,
en Hollande.

365 29 - Troubles à Madrid. 31 – Clôture des États de la Hesse électorale. 2 NOVEMBRE. Dissolution de la Chambre des députés en Hesse-Darmstadt.

412 13 – Ouverture de la session législative en Bel

gique. – Clôture de la session législative en Bade. 25 - Défaite des insurgés dans la Biscaye. 523

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Histoire. Appendice. 3 DÉCEMBRE. Ouverture de la session du congrès

des États-Unis de l'Amérique du Nord. 639 5 -- Trailés d'association de douanes entre divers

états de l'Allemagne.
- Ouverture de la session législative en Ha-

novre.
9 - Clôture de la session législative en Wur-

temberg

On

402

ERRATUM

de l'Annuaire historique pour 1832. Une transposition de mots a rendu inintelligibles les deux premières lignes

de la page 517 dans l'Annuaire historique pour 1832; il faut lire : « d'accepter le poste qu'on regarde eomme le but le plus élevé de l'ambition d'un homme politique.»

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

Etat du pays. — Politique extérieure. — Discussion sur les pétitions rela

tives à la duchesse de Berry dans la Chambre des députés. - Proposition de M. Salverte relative à la disparition du caissier Kessner. Voyage du roi dans les départemens du nord.

L'année commençait sous d'heureux auspices. La France était à peu près délivrée de ses troubles intérieurs, et les partis, qui la divisaient toujours, avaient du moins renoncé, de force ou de gré, à la violence et aux émeutes. Le commerce et l'industrie avaient repris tout leur essor : l'amourpropre national jouissait de la prise de la citadelle d'Anvers; fait d'armes dont la France pouvait se féliciter doublement, car, outre l'honneur qu'elle en recueillait, elle y voyait la preuve que, malgré de nombreuses causes de rupture, les gouvernemens étaient bien décidés à ne pas faire la guerre, sans doute dans la crainte que la propagande ne vînt s'approprier les fruits de la victoire. Cependant, il faut le remarquer, la politique extérieure Ann. hist. pour 1833.

était toujours chargée de graves difficultés. La question belge n'avait fait.aucun progrès décisif vers une solution définitive; le poids de l'occupation autrichienne et française accablait toujours l'Italie; l'Espagne assistait avec inquiétude à la longue agonie de Ferdinand VII; le Portugal savait à peine qui l'emporterait de don Pedro ou de don Miguel; la Turquie , pressée entre l'invasion égyptienne et la protection russe, ajoutait un élément de discorde à ceux que présentait déjà l'état de l'Europe. Mais tous ces nuages, amoncelés dans un lointain horizon, affectaient peu la France, entièrement préoccupée du rétablissement de la tranquillité intérieure, de la renaissance des affaires, et du nouveau trophée conquis à Anvers. Les discours adressés, le jour de l'an, à la couronne, ne retentissaient que de cet événement, ainsi que des espérances de paix, dont il était le gage.

A cette perspective consolante, après laquelle le pays avait si long-temps soupiré, se joignait celle d'un calme également profond dans les Chambres législatives. La session de

1832, ouverte depuis un mois et demi ( 19 novembre); · s'était jusqu'alors passée, comme on l'a vu dans notre Annuaire précédent, en délibérations paisibles, sauf les interpellations relatives aux journées des 5 et 6 juin, à la Vendée et à l'état de siége, dans la discussion de l'adresse, à la Chambre des députés : d'ailleurs, le résultat de cette discussion avait démontré que l'opposition ne comptait aucune chance d'enlever la majorité au ministère.......

La première séance de cette même Chambre, en 1833 ( 2 janvier ), n'offrit de remarquable que le retour du ministre de l'instruction publique, M. Guizot, éloigné de puis quelque temps des débats par des raisons de santé, et apportant un projet de loi sur l'instruction primaire. Un objet d'intérêt plus vif et plus en rapport avec les passions du moment occupa la seconde séance ( 5 janvier ). De nombreuses pétitions, les unes individuelles, les autres censées collectives , avaient été adressées à la Chambre des députés ,

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »